Colombie: LE GOUVERNEMENT NIE AVOIR ORDONNE L'ESPIONNAGE ELECTRONIQUE

Publié le par cubasifranceprovence

Bogotá, 4 fév (PL) Le ministre colombien de l’Intérieur, Aurelio Irragorri, a nié tout type de suivi ou d’interception contre aucune personne dans le pays, faisant référence à l’espionnage présumé à la délégation gouvernementale dans les négociations de paix.

Dans l’entretien diffusé par Caracol Radio, le ministre a déclaré qu’il a appris aujourd’hui l’affaire révélée par la revue « Semana », et a ajouté que « pour le bien-être du pays et de la démocratie », il est important d’éclaircir cette situation.

Selon Semana, des agents du Bureau du Procureur général ont inspecté un lieu où quelques militaires pratiqué l’espionnage illégal contre des membres de la délégation gouvernementale dans les dialogues de paix qui ont commencé le 19 novembre 2012 à La Havane avec les Forces armées révolutionnaires de Colombie - Armée du peuple.

Selon le reportage, un groupe de l’intelligence militaire, apparemment à l'insu du gouvernement, a espionné pendant plusieurs mois les communications d’au moins trois représentants du président Juan Manuel Santos à la table du dialogue établie à La Havane.

« Les représentants dans les négociations sont partie active du gouvernement, de toute confiance, et ce que l’on regrette c’est que le gouvernement continue d’être victime de cette situation », a-t-il dit, après avoir indiqué que ces nouvelles produisent une grande incertitude pour tous dans le pays.

mlm/ls/ag