Venezuela: COMMUNIQUE DU GOUVERNEMENT DE LA REPUBLIQUE BOLIVARIENNE DU Venezuela, 28 JUIN 2014

Publié le par cubasifranceprovence

La République Bolivarienne du Venezuela condamne de la manière la plus ferme, comme infondées et malintentionnées, les déclarations de monsieur Rupert Colville, porte-parole de la Haute Commissaire des Nations Unies pour les Droits de l'Homme, publiées le 27 juin 2014, sur les événements survenus au Venezuela dans le contexte de la tentative de renversement violent du gouvernement constitutionnel et démocratique du Président Nicolas Maduro Moros.

Le gouvernement de la République Bolivarienne du Venezuela regrette profondément le manque absolu d'objectivité et d'impartialité manifesté par monsieur Colville qui, dans ses déclarations, ignore et méprise les démarches effectuées par l'Etat vénézuélien pour expliquer avec une totale transparence, la vérité sur ces événements.

En ce sens, le chancelier de la République, Elias Jaua Milano et le Représentant Permanent du Venezuela devant l'ONU-Genève, l'Ambassadeur Jorge Valero, depuis le début de l'escalade de violence de la part de l'opposition vénézuélienne contre le droit de notre peuple à la paix et à la stabilité, a informé personnellement la Haute Commissaire Navi Pillay en apportant une abondante documentation vraie et fournie avec des preuves irréfutables qui démentent complètement les indications de son porte-parole.

Monsieur Colville a appuyé ses malheureuses et regrettables déclarations en faisant une nouvelle fois appel à des informations fournies par des organisations à la réputation douteuse qui ont participé au plan pour tenter de renverser le Gouvernement de la République Bolivarienne du Venezuela et dont le financement, cela a été prouvé, provient du Département d'Etat étasunien.

Le Gouvernement de la République Bolivarienne du Venezuela déplore que le Bureau de la Haute Commissaire des Nations Unies pour les Droits de l'Homme Navi Pillay participe à l'infâme campagne internationale de discrédit contre l'Etat démocratique vénézuélien en prenant comme certaines les opinions d'un certain fonctionnaire incrusté dans le système des Nations Unies, fonctionnaire qui est au service des élites privilégiées les plus réactionnaires de notre continent et prétend définir les compétences et les obligations constitutionnelles de l'Etat vénézuélien pour garantir la paix et les droits de l'homme de notre peuple.

Il faut dénoncer le fait que ce type de comportement et d'opinions de la part du Bureau de la Haute Commissaire ont constitué un soutien aux groupes terroristes religieux, racistes et néo-nazis qui ont provoqué récemment tellement de destructions, de morts et de souffrances chez les peuples de Libye, de Syrie, d'Ukraine et de beaucoup de pays d'Afrique.

Le gouvernement vénézuélien réaffirme son absolu attachement à l'Etat social, de droit et de justice établi dans notre Constitution, que nous sommes engagés à renforcer dans notre pays et qui est lui-même engagé à garantir le libre exercice des libertés publiques et de tous les droits de l'homme.

Le Gouvernement de la République Bolivarienne du Venezuela affirme sa disposition à continuer de collaborer avec le Bureau de la Haute Commissaire des Nations Unies pour les Droits de l'Homme dans le cadre du respect de la dignité et de la compétence des Etats et dans la défense authentique des droits de l'homme de tous les citoyens et citoyennes du monde.

Caracas, 28 juin 2014

http://www.avn.info.ve/contenido/venezuela-rechaza-declaraciones-infundadas-rupert-colville-sobre-hechos-acaecidos-venezuel

(traduction Françoise Lopez)