Cuba/LES 5: INTENSIFICATION DE LA CAMPAGNE POUR LE RETOUR DES 5

Publié le par cubasifranceprovence

COLLOQUE INTERNATIONAL DE SOLIDARITÉ AVEC LES CINQ

par NURIA BARBOSA LEON

LE 10e Colloque international de solidarité avec les Cinq et contre le terrorisme a réuni à La Havane des militants, des intellectuels, des parlementaires, des syndicalistes, des religieux et de nombreux acteurs sociaux, venus pour redoubler d’efforts et multiplier les actions en faveur de la libération des antiterroristes cubains injustement incarcérés aux États-Unis.

Les plus de 300 délégués de 49 pays des cinq continents ont procédé au bilan des activités et des campagnes lancées pour exiger la libération de Gerardo Hernandez, Ramon Labañino et Antonio Guerrero, arrêtés le 12 septembre 1998, de même que René Gonzalez et Fernando Gonzalez, ces deux derniers libérés après avoir purgé l’intégralité de leur peine.

Les participants au Colloque ont convenu de la mise en œuvre d’un plan d’action visant à augmenter le nombre de soutiens pour faire connaître au monde entier la vérité sur cette affaire et de rallier de plus en plus de gens à la cause des Cinq, comme sont connus ces hommes, qui ont été condamnés à des peines lourdes et injustes pour avoir contribué à déjouer les projets de groupes terroristes anticubains basés dans le sud de la Floride.

Granma International s’est entretenu avec plusieurs délégués.

L’écrivain jamaïcain et professeur émérite de l’Université de Toronto, Keith Ellis, a durement critiqué l’injustice commise par l’administration des États-Unis. « J’ai eu l’occasion de traduire à l’anglais des écrits de prison de chacun des camarades cubains, et je ne peux m’empêcher d’admirer leur force morale et la justesse de leur cause. Ces hommes ont été condamnés à l’issue d’un procès inique et joué d’avance, ce qui constitue un motif de honte pour le système judiciaire des États-Unis. »

Quant à sa compatriote, la professeure Tamara Hansen, elle a expliqué qu’un mouvement a vu le jour dans la ville de Vancouver où elle réside, pour écrire des poèmes et des messages qui traduisent le sentiment des personnes qui ont adhéré à cette cause. « Tous ces écrits sont lus le 5 de chaque mois dans le cadre des activités que nous réalisons devant le consulat des États-Unis », a-t-elle dit.

Le journaliste Max Lesnisk, un résident cubain aux États-Unis, a signalé pour sa part que les appels lancés par l’Alliance martinienne et d’autres groupes ont bénéficié du soutien de nombreuses personnes lors des meetings et des caravanes de voitures. « Les gens nous saluent affectueusement, comme pour nous signifier qu’ils sont avec nous, et que, même si Miami est une ville contrôlée par les médias de l’extrême droite d’origine cubaine, la vérité sur cette affaire se fait jour.

« À ma grande surprise, le premier numéro de la revue Revista Replica, paru il y a un mois, contenait une annonce institutionnelle avec la photo des Cinq et exigeant leur liberté. La revue a circulé à travers les réseaux de distribution institutionnels et n’a suscité aucune réaction virulente, bien au contraire. Nous percevons une attitude de respect et de considération, même de la part de personnes qui ne sont pas idéologiquement proches de la Révolution cubaine », a-t-il signalé.

Deux députées, un législateur et plusieurs dirigeants syndicaux, étaient venus d’Argentine. Le capitaine de navire Oscar Veron a dit engager toutes ses énergies dans la lutte en faveur de la libération des patriotes cubains. « Nous profitons des espaces aux assemblées des syndicats, aux forums de femmes, aux réunions universitaires et parlementaires pour faire entendre ce cri de justice », a-t-il souligné.

La délégation vénézuélienne était présidée par trois députés, dont, Augusto Montiel, qui a affirmé : « Ces rencontres sont une occasion propice pour unifier les critères, mobiliser toutes les forces et les énergies, pour préparer et entreprendre des actions », a-t-il dit.

L’événement s’est achevé par un concert au pied du Grand escalier de l’Université de La Havane, en présence de Miguel Diaz-Canel, membre du Bureau politique du Comité central du Parti et Premier vice-président du Conseil d’État et du Conseil des ministres.

Livrant ses impressions sur ce Colloque, le Héros de la République de Cuba, Fernando Gonzalez Llort, devait déclarer : « Nous nous sentons plus proches du retour d’Antonio, de Gerardo et de Ramon après tout ce qui a été décidé au Colloque par les nombreux amis solidaires, et par l’engagement que nous avons contracté ».

http://www.granma.cu/idiomas/frances/cuba-f/18sept-Intensification.html