Venezuela: DES LEADERS NEO-FASCISTES VENEZUELIENS EXPULSES DE Colombie

Publié le par cubasifranceprovence

Lorent Gómez Saleh expulsé de Colombia pour non respect des lois de ce pays.

traduction Françoise Lopez

Caracas, 5 septembre AVN - Lorent Enrique Gómez Saleh, activiste de l'extrême droite vénézuélienne, a été expulsé de Colombie dans la nuit de jeudi pour non respect du cadre légal de ce pays.

Selon les autorités colombiennes, cette expulsion s'appuie sur l'article 105 du Décret 4 000 de 2004", qui indique les dispositions concernant les visas, le contrôle des étrangers et d'autres dispositions en matière d'immigration, et qui établit que les autorités colombiennes " pourront expulser les étrangers qui, de l'avis des autorités migratoires, se livrent à des activités qui portent atteinte à la sécurité nationale, à l'ordre public, à la santé publique, à la tranquillité sociale, à la sécurité publique".(...)

Egalement dans le cas où "il y a des informations du renseignement qui indiquent qu'il représente un risque pour la sécurité nationale, l'ordre public, la sécurité publique ou la tranquillité sociale ou quand une autorité étrangère a communiqué à l'Etat colombien que dans ce pays a été rendu contre cette personne un arrêt la condamnant ou un ordre d'arrestation pour des délits de droit commun ou qu'elle est enregistrée dans les archives d'Interpol."

Gómez Saleh a été remis aux autorités de l'émigration vénézuélienne, indique le portail web de l'autorité de vigilance et de contrôle migratoire des étrangers de l'Etat colombien.

La procédure a été mise en oeuvre à Bogota, capitale de ce pays frère, conformément à la loi et au respect des Droits de l'Homme.

Le communiqué des autorités colombiennes indique que Gómez Saleh est entré dans ce pays le 19 février 2014 avec un permis pour réaliser des activités universitaires non officielles valable 90 jours qui a pris fin le 19 mai dernier et n'a pas été renouvelé, raison pour laquelle Gómez Saleh était en situation irrégulière au regard de la loi colombienne.

Le texte indique aussi que l'activiste "se livrait au prosélytisme, une activité expressément interdite par les règles migratoires de Colombie qui conduisirent même à l'agression personnelle de personnages de la vie publique nationale."

De même, il évoque le fait que Gómez Saleh est sous le coup de plusieurs procédures au Venezuela, dont un mandat d'arrêt lancé par le gouvernement vénézuélien.

Gómez Saleh a été coordinateur national de la Jeunesse Active du Venezuela Uni (JAVU) - financée par l'ex candidat à l'élection présidentielle Henrique Salas Römer - qui, avec le Mouvement 13 et l'organisation qu'il préside (Opération Liberté) ont appelé à prendre les rues en février de cette année pour renverser le gouvernement du président Nicolas Maduro.

Lorent Gómez Saleh a été impliqué dans des plans d'extrémistes contre le Gouvernement vénézuélien. En 2011, il a participé à un des camps d'entraînement qu'a organisé la JAVU à Carabobo, spécifiquement dans la propriété du député de droite Freddy Curupe dans le but de " sortir le président (Hugo) Chavez du gouvernement", a dénoncé le ministre de l'Intérieur, de la Justice et de la Paix, Miguel Rodriguez Torres, en mai de cette année.

Ces mouvements se préparent depuis longtemps à agir comme groupes de choc, sous la fausse image de la lutte non violente que les Etats-Unis encouragent comme un mode d'emploi pour renverser des gouvernements qui ne sont pas attachés à leurs intérêts.

Il a été lié aussi à Eduardo Romano, ex président de l'organisation néo-nazie de Colombie Troisième force, impliquée dans des violences néo-fascistes. Romano, en 2010, se sépara de ce mouvement et créa sa propre organisation qu'il baptisa Avant-garde Nationale-Avanti Ragazzi, identifiée par les emblèmes du fasciste italien Benito Mussolini.

Gómez Saleh fut photographié le 6 juillet 2013 à l'Université de Santander (UDES) à Bogota, avec Diego Cubillos, un autre des fondateurs de Troisième Force et l'ex memebre du Congrès Pablo Victoria. A cette occasion, ils ont assisté au lancement de l'Alliance Nationaliste pour la Liberté, un mouvement politique qui s'autodéfinit comme "identitaire" et qui apparaît comme un appendice de Troisième Force.

Gabriel Valles Sguerzi expulsé.

Gabriel Valles Sguerzi , Vénézuélien et camarade des actions de prosélytisme de Gómez Saleh, a également été expulsé vendredi du territoire colombien sur la base de l'article 105 du Décret 4 000 de 2004.

Un communiqué des autorités migratoires de la Colombie informe que Valles Sguerzi est entré dans ce pays le 4 juin dernier avec un permis pour des activités de loisir ou de distractions en qualité de touriste, permis valable 90 jours arrivé à échéance le 1° septembre, jour où il sortit et rentra en territoire colombien avec un nouveau permis de 90 jours. Cependant, il fut expulsé parce qu'il "se livrait à des activités expressément interdites par les règles migratoires."

Valles Sguerzi a aussi des liens avec Edouardo Romano et les activités du mouvement néo-fasciste Avant-garde Nationale-Avanti Ragazzi.

Source en espagnol:

http://www.avn.info.ve/contenido/expulsado-lorent-gómez-saleh-territorio-colombiano-atentar-contra-seguridad-nacional

URL de cet article:

http://cubasifranceprovence.over-blog.com/2014/09/venezuela-des-leaders-neo-fascistes-venezueliens-expulses-de-colombie.html

Des leaders néo-fascistes vénézuéliens expulsés de Colombie.

Les étudiants d'opposition vénézuéliens Lorent Gomez Saleh et Gabriel Valles Sguerzi qui ont été expulsés de Colombie cette semaine, étaient au siège du Service Bolivarien de Renseignement du Venezuela (SEBIN), a indiqué aujourd'hui l'organisation non gouvernementale Forum Pénal Vénézuélien.

"Il n'a pas encore éta présenté aux tribunaux mais nous savons qu'il était à l'Hélicoïde (siège du SEBIN)", a dit à EFE un des avocats du forum Pénal, Alfredo Romero, en évoquant le cas de Gomez Saleh, qui a été expulsé de Colombie jeudi dernier.

Romero a dit que deux représentants du Forum Pénal se trouvent au SEBIN attendant la sortie des étudiants des tribunaux, ce qui n'a pas encore eu lieu bien que le laps de temps légal de 48 heures pour la présentation de Gomez Saleh soit écoulé.

Les autorités colombiennes ont expulsé jeudi les étudiants d'opposition vénézuéliens Lorent Gómez Saleh y Gabriel Valles Sguerzi , connus pour leurs positions néo-fascistes et leurs liens avec l'extrême droite colombienne parce qu'ils se livraient dans le pays à des activités interdites par les règles migratoires.

Selon ce qu'a indiqué hier la Chancellerie colombienne, Valles Sguerzi "se livrait à des activités expressément interdites par les règles mifgratoires" en territoire colombien.

Comme Gómez Saleh, président de l'organisation Opération Liberté, Valles Sguerzi a été expulsé "dans le cadre de l'article 105 du Décret 4 000 de 2004", ajoute l'information.

Cette article donne la possibilité aux autorités colombiennes "d'expulser les étrangers qui, de l'avis des autorités migratoires, se livrent à des activités qui portent atteinte à la sécurité nationale, à l'ordre public, à la santé publique, à la tranquillité sociale, à la sécurité publique".(...)

Les deux expulsés étaient entrés en Colombie il y a quelques mois avec un permis de tourisme pour des activités de loisirs ou de détente pour 90 jours, a ajouté la Chancellerie.

(Avec des informations d'agences)

Source en espagnol:

http://www.cubadebate.cu/?p=464957

URL de cet article:

http://cubasifranceprovence.over-blog.com/2014/09/venezuela-des-leaders-neo-fascistes-venezueliens-expulses-de-colombie.html