Venezuela: NOUS ALLONS DENONCER LA CAMPAGNE CONTRE NOTRE SYSTEME DE SANTE DEVANT LES ORGANISMES INTERNATIONAUX

Publié le par cubasifranceprovence

traduction Françoise Lopez

Caracas, 18 septembre AVN - Le Président de la République, Nicolas Maduro, a annoncé jeudi qu'il dénoncera devant les instances internationales la campagne que des médias de communication ont entreprise contre le système public national de santé en diffusant des images fausses sur une soi-disant fièvre hémorragique (ébola) qui, les instances internationales et le corps des épidémiologistes de la nation l'ont constaté, n'existe pas au Venezuela.

"Le Venezuela est très efficace dans es actions internationales parce que nous défendons la vérité. Nous allons poursuivre le terrorisme où qu'il soit, qu'il s'appelle CNN, Miami Herald ou n'importe comment qu'il s'appelle, nous sommes sûrs que nous allons suivre les voies judiciaires et politiques internationales pour que justice soit faite et vous allez vous arrêter d'attaquer le Venezuela", a-t-il assuré, depuis le quartier Bicentenaire à Caricuao, Caracas, où ont été remis 80 nouveaux appartements construits par la Grande Mission Logement Venezuela.

la campagne de discrédit au niveau international, a dénoncé Maduro, a été impulsée par "CNN en espagnol, qui est un laboratoire de mensonges et de guerres psychologiques contre le Venezuela. Par une chaîne de télévision ordure financée par le paramilitaire Uribe: NTN 24 et par le Mimi herald qui est le dépositaire de tous les mensonges contre le Venezuela."

"Depuis Miami, ils ont commencé une campagne sur les réseaux sociaux, sur Twitter, soutenue au Venezuela par le président du Collège des Médecins d'Aragua, Angel Sarmiento, et aussi par des journalistes. Sur Twitter, ils ont sorti des photos horribles en disant qu'à Aragua, il y avait un virus qui tuait des dizaines de Vénézuéliens", a-t-il raconté.

Pour cela, le chef de l'Etat a avancé que le Gouvernement national prendra des mesures légales contre les médias nationaux et internationaux qui "ont prétendu imposer sur le Venezuela une idée alarmiste, de guerre psychologique, de terrorisme psychologique."

"Tout ce qu'ils ont fait viole les lois de notre patrie et j'ai parlé avec la Procureure Générale pour que notre justice agisse rapidement, avec la plus grande fermeté et laplus grande sévérité que la loi permet parce qu'il faut châtier ces gens-là, seule la justice va permettre que ces faits ne se renouvellent pas", a-t-il indiqué.

Il a informé qu'il était en train de préparer avec le Procureur Général de la République et un ensemble de juristes des actions légales internationales contre CNN en espagnol.

Pour sa part, le gouverneur de l'état d' Aragua, Tareck El Aissami, qui accompagnait jeudi le Président, a signalé que Sarmiento a agi poussé par sa position politique opposée à la Révolution Bolivarienne, laissant de côté son éthique professionnelle.

"Il n'a pas agi en sa qualité de médecin, il a agi en sa qualité d'opposant de l'extrême droite fasciste. C'est un militant actif d'un parti de droite, ce n'est pas un médecin, encore moins un professionnel, c'est un sans-vergogne", a-t-i souligné.

Depuis la semaine dernière, le pays affronte une campagne contre le système public national de santé, centré sur l'Hôpital Central de Maracay dans lequel des médias privés nationaux et internationaux ont dit qu'il y avait des cas de fièvre hémorragique (ébola) dans le pays, ce qui a été écarté par les médecins et par le corps national des épidémiologistes de la nation.

Pour soutenir cela, les médias ont présenté des photos prises sur les réseaux sociaux comme Twitter qui montraient un patient avec un soi-disant ébola, qui n'était pas Vénézuélien mais une personne soignée dans un centre de recherche aux Etats-Unis.

Une vidéo avec des preuves.

En annonçant les poursuites, Maduro a présenté une vidéo qui montre comment a été faite la campagne contre le système de santé du pays.

Sur la vidéo, on voit comment des journalistes, aussi bien Vénézuéliens qu'étrangers présentaient comme certaine la soi-disant maladie qui touchait le pays.

Interviews, notes de presse, fausses photos, grands titres sur un ton alarmant ont été la méthode de cette intense campagne.

Après avoir montré la vidéo, diffusée en même temps à la radio et à la télévision, le Président a rendu publics ses soupçons sur le but réel de cette campagne des médias.

"Nous, nous soupçonnons que c'était la campagne publique des médias de ceux qui vont attaquer le Venezuela. Il y a une enquête parce qu'il y a de sérieux soupçons que cette droite prétende introduire un certain type de virus, une guerre bactériologique, comme cela a été fait contre d'autres pays dans le monde, ils prétendaient le mettre ici, à l'Hôpital de Maracay et la campagne était déjà prête", a-t-il déclaré.

Pour cela, le chef de l'Etat a appelé le peuple vénézuélien à combattre la guerre médiatique. "Le Libérateur nous dit, et c'est toujours d'une actualité morale et politique absolue: "On nous a plus dominé à cause de l'ignorance qu'à cause de la force, un peuple ignorant est l'instrument de sa propre destruction". Nous ne pouvonspas ignorer comment on nous attaque, nous devons défendre la vérité du Venezuela la tête haute. J'appelle toute la patrie à défendre la vérité du Venezuela".

Il a également remercié les médecins et le personnel de l'Hôpital de Maracay qui "fait son travail de façon professionnelle, éthique, humaine et patriotique".

Source en espagnol:

http://www.avn.info.ve/contenido/campaña-contra-sistema-salud-será-denunciada-organismos-internacionales

URL de cet article:

http://cubasifranceprovence.over-blog.com/2014/09/venezuela-nous-allons-denoncer-la-campagne-contre-notre-systeme-de-sante-devant-les-organismes-internationaux.html