Cuba: LA QUESTION D'Hatuey

Publié le par cubasifranceprovence

Oui, Pablo Diaz, tu es un projet subversif contre Cuba

traduction Françoise Lopez

Monsieur Pablo Diaz, directeur du projet subversif Diario de Cuba (DDC) qui a son siège en Espagne, bénéficiaire d'un budget public assigné par la NED (National Endowment for democracy) qui atteint 262 480 dollars a réagi, fâché, à ce qu'il considère comme une accusation fausse et injuste lancé par ce rédacteur.

Dans un travail intitulé "Un journaliste partisan du gouvernement accuse DDC de "terrorisme médiatique", Pablo affirme que nous n'avons pas raison quand on accuse le projet subversif Diario de Cuba de mener "une campagne de propagande sale et grossière contre la décision du gouvernement cubain de répondre à l'appel d el'OMS pour apporter sa solidarité aux pays touchés par le virus ébola."

Le directeur de DDC ne cache pas son malêtre envers les questions qui o nt été posées dans la section "La question d'Hatuey" dans le blog que dirige le journaliste Manuel Henriquez Lagarde: Les contribuables (nord-américains) savent-ils que leur gouvernement finance des projets qui cherchent à faire obstacle au combat contre le virus de l'ébola? Les autorités étasuniennes daigneront-elles enquêter sur les pratiques de terrorisme médiatique du projet Diario de Cuba?

Les accusations contre Diario de Cuba de pratiquer le "terrorisme médiatique" comme faisant partie d'une opération de guerre psychologique destinée à créer le trouble, la peur et l'incertitude parmi les familles des médecins qui prêtent leurs services en Afrique, n'est pas une thèse étrange et sans fondement, les fondements et les preuves peuvent être vues sur DDC.

Il y a quelques jours, un travail "de journalisme" publié sur le site web Diario de Cuba sur la Brigade Médicale cubaine qui est partie sur les terres d'Afrique pour combattre l'ébola était précédé d'un titre macabre et à sensations: "La Havane a informé les coopérants que les possibilités de ne pas rentrer sont de 90%."

Le titre en question amène deux interprétations apocalyptiques: sur les 165 membres de la Brigade Médicale, rentreraient en vie à Cuba, seulement 16 d'entre eux. Une seconde lecture indique que les possibilités de survivre des membres de la Brigade Médicale sont réduites à 10%.

Dans les manuels de Guerre Psychologique, on fait allusion à une méthode connue comme "Propagande Grise" qui suppose de rendre légitime la véracité d'une information en faisant allusion à des sources d'autorité mais non identifiées. A ce sujet, on trouve dans le corps du travail publié par DDC l'affirmation suivante: "Selon des sources médicales (?) auxquelles cette publication a eu accès, les autorités ont fait savoir les conditions dans des réunions avec le personnel médical et ont averti que les possibilités de ne pas rentrer étaient de 90%.

Comment les directeurs de Diario de Cuba expliquent-ils à leurs lecteurs que leurs sources médicales, "entièrement fiables" disposent des chiffres de 90% de mortalité du virus de l'ébola dans la Brigade Médicale de Cuba si les statistiques les plus hautes de l'OMS sur la mortalité chez les personnes contaminées avec le virus de l'ébola en Afrique indiquent 66%.

Comment comprendre que les sources médicales que cite DDC prévoient statistiquement plus de morts parmi les membres d'une Brigade qui avant de partir a été l'objet d'un examen médical rigoureux que de morts dans la population qui historiquement a souffert de manque de soins, de maladies et de malnutrition?

L'OMS pourrait-elle aspirer à capter les médecins nécessaires pour contenir la propagation du virus de l'ébola si se propagent des bruits infondés comme ceux publiés par Diario de Cuba?

Le jeune directeur de DDC (44 ans), fils d'un bon écrivain, Jesus Diaz, qui a aussi fait une incursion dans la propagation du virus de la haine contre les Cubains, confie qu'il dirige le projet DDC dans le but de combattre la manipulation de l'information par les journalistes révolutionnaires.

Curieux d econnaître la véritable origine des 90% de mortalité du virus de l'ébola, je partage avec les lecteurs un excellent exemple de manipulation de l'information qui révèle la véritable source avec laquelle DDC a construit une information fausse et manipulée.

Sur le site http://www.diariocritico.com diffusé aussi en Espagne, on a publié le 7 octobre un guide de 10 questions sur des aspects clefs qui devraient être du domaine d'une population consternée et préoccupée par les bulletins de santé de Teresa Romero, l'infirmière auxiliaire contaminée par l'ébola, dans un hôpital de Madrid.

Guide du virus de l'ébola: comment il s'attrape, taux de mortalité, symptômes, comment on le prévient, comment il tue...

A la suite, nous résumons toutes les clefs sur le virus d el'ébola selon l'OMS: Diariocritico/EP 07/10/2014

Savais-tu que le taux de mortalité peut atteindre 90%?

Depuis qu'il a été détecté pour la première fois, il y a eu une vingtaine d'épidémies et de cas isolés de la maladie à virus d'ébola qu'on connaissait auparavant comme fièvre hémorragique de l'ébola. Dans certaines de ces épidémies, le taux de mortalité est arrivé à 90% des personnes contaminées, principalement en fonction de la virulence de la souche.

Quelles ont été les épidémies qui ont provoqué le plus de morts?

Depuis 1976 jusqu'à aujourd'hui, plus d'une vingtaine d'épidémies et de cas isolés, principalement de la souche Zaire. Jusqu'à maintenant, l'épidémie qui a fait le plus de morts a été la première,en 1976, en République Démocratique du congo où il y eur 318 cas et 280 morts, avec un taux de mortalité de 88%.

DDC pratique, oui ou non, le terrorisme médiatique?

Source en espagnol:

http://www.yohandry.com/index.php?option=com_content&view=article&id=2542:2014-10-18-13-12-13&catid=44:cuba

URL de cet article:

http://cubasifranceprovence.over-blog.com/2014/10/cuba-la-question-d-hatuey.html