LE Venezuela RECOIT LE SOUTIEN DE L'ONU

Publié le par cubasifranceprovence

TeleSUR

traduction Françoise Lopez

L'ambassadeur du Venezuela devant l'ONU à Genève, Jorge Valero, a mis en question ce vendredi, l'imposition de mesures coercitives unilatérales en tant que mécanisme de pressions politique ou économique, un fait qui viole les principes de la Charte des Nations Unies.

Valero a informé que le Conseil des Droits de l'Homme de l'ONU, pendant un débat général (28° session ordinaire) qui a eu lieu ce vendredi à Genève, a condamné l'effet négatif de ces mesures sur la jouissance des droits de l'homme, y compris du droit au développement. En outre, il a ajouté que les Etats-Unis sont appelés instamment par cet organisme à les abolir.

Parmi les groupes régionaux qui ont exprimé leur condamnation du décret d'ingérence de Valero se trouvent la Communauté des Etats Latino-Américains et Caribéens (CELAC), le Marché Commun du Sud (MERCOSUR) et l'Alliance Bolivarienne pour les Peuples de Notre Amérique (ALBA).

L'ambassadrice de l'Equateur devant l'ONU à Genève, María Fernanda Espinosa, a pris la parole au nom de la CELAC, l'ambassadrice du Brésil, Regina María Cordeiro, au nom du MERCOSUR et l'ambassadrice de Bolivie, Angélica Navarro, au nom de l'ALBA.

Il a dénoncé le fait qu'en décembre 2014, le Gouvernement des Etats-Unis a approuvé une loi de sanctions unilatérales, en violation flagrante de la souveraineté du Venezuela, en assurant que le président nord-américain, Barack Obama, a élargi ces mesures illégalement en utilisant agressivement l'excuse des Droits de l'Homme.

Il a ajouté que le monde a été surpris par la déclaration farfelue "d'urgence nationale" faite par le gouvernement étasunien qui considère le Venezuela comme "une menace inhabituelle et extraordinaire pour al sécurité nationale et la politique extérieure des Etats-Unis".

L'ambassadeur vénézuélien a souligné que le gouvernement d'Obama "prétend déformer la direction humaniste et justicière de la Révolution Bolivarienne et intimider les gouvernements qui ne se soumettent pas à leurs desseins".

Lors de cette rencontre, il a remercié les groupes et les mécanismes d'intégration régionale, les alliances des pays du Sud et les pays amis du Venezuela qui se sont prononcées contre ces mesures de déstabilisation, concluant que le Gouvernement vénézuélien "exige que le président Barack Obama abroge le décret interventioniste approuvé".

A ce débat étaient présents des représentants de la CELAC, en plus de l'ambassadrice de Cuba, Anayansi Rodríguez, et les délégations de Russie, de Chine, de Syrie, de Bielorussie et de Corée du Nord qui ont manifesté leur condamnation de ces mesures, haussant la voix en un solide soutien envers le Venezuela.

Source en espagnol:

http://www.psuv.org.ve/?p=103836

URL de cet article:

http://cubasifranceprovence.over-blog.com/2015/03/le-venezuela-recoit-le-soutien-de-l-onu.html