Equateur: 15 policiers blessés et 37 personnes arrêtées lors des manifestations de l'opposition

Publié le par cubasifranceprovence

traduction Françoise Lopez

Resumen Latinoamericano/ 03 juillet 2015.- Les protestations des 4 dernières semaines dans tout le pays ont fait 15 blessés parmi les policiers et 37 personnes ont été arrêtées selon ce qu'a indiqué vendredi soir le ministre de l'Intérieur, José Serrano, lors d'une conférence de presse donnée avec la direction de la Police Nationale.

Serrano a précisé que depuis le 10 juin, on a enregistré des actions contre des membres de la police à Quito et à Galápagos, essentiellement, au cours desquelles, hier soir 2 juillet, 6 policiers ont été blessés.

"2 d'entre eux ont 2 fractures et un troisième a une luxation de l'épaule", a indiqué Serrano aux médias qui ont pu voir les témoignages des blessés sur des vidéos et les agressions dont ils ont été victimes dans la soirée de jeudi dans le Centre Historique de Quito.

"Hier, une personne a été arrêtée pour vol d'uniforme de policier et agression sur un des policiers a qui on a volé un des instruments de patrouille", a-t-il indiqué.

Au total, "37 citoyens ont été arrêtés" pendant que j'étais à Quito où on a arrêté 31 personnes sur lesquelles 3 sont en prison préventive, a noté le ministre de l'Intérieur qui a qualifié d'"intolérables" les violences survenues pendant les manifestations.

De plus, Serrano a exigé que ceux qui ont provoqué ces agressions "prennent leurs responsabilités devant le pays et devant la justice" et il a ajouté que ces actes "doivent nous faire honte comme à la société équatorienne".

"Nous n'allons pas permettre que ces agressions restent impunies, ce serait céder devant la violence criminelle", a dit Serrano et il a félicité les policier pour avoir agi avec professionnalisme et il a souligné que depuis 4 ans, "ils n'ont pas utilisé de bombes lacrymogènes dans la ville de Quito".

Démission du Commandant Général de la Police Nationale

Pendant la conférence de presse, le ministre Serrano a aussi annoncé que le Commandant Général de la Police, Fausto Tamayo, a démissionné volontairement. "Il a demandé d'être mis en disponibilité de la Police Nationale".

Le général Patricio Pazmiño Castillo, qui était Chef de l'Etat Major de cette institution, sera chargé du commandement général, a confirmé Serrano sur son compte Twitter.

De même, le ministre de l'Intérieur a indiqué qu'on est en train d'enquêter sur une affaire de corruption à l'intérieur de la Police et que les investigations correspondantes ont commencé.

Une enquête a commencé "depuis 2 mois pour des actes de corruption en relation avec plus de 1 500 laissez-passer d'officiers et d'hommes de troupe pour lesquels plus de 5 000 dollars US ont été touchés.

Et il a confirmé aux médias que dans les semaines à venir, on donnerait plus de détails sur ces affaires.

ANDES – Les manifestations organisées jeudi dernier par des secteurs d'opposition contre le gouvernement à Quito ont fini par des violences et un bilan préliminaire de 15 policiers blessés dans le Centre Historique de Quito, selon ce qu'a confirmé le président Rafael Correa jeudi soir.

Vers es 20 h, la marche organisée par le parlementaire d'opposition Andrés Páez, du mouvement CREO est arrivée par la rue Guayaquil, dans le centre de la ville et a tenté de briser les cordons de policiers pour atteindre le palais présidentiel où se déroulait un rassemblement en faveur du gouvernement.

Les policiers ont été agressés alors qu'ils tentaient de contrôler les violences des manifestants qui, avec des coups de pelle, des coups de pied et des bousculades cherchaient à briser les cordons de policiers qui assuraient la protection de la Place de l'Indépendance.

Un groupe de manifestants a arraché une bande de toile avec une structure en métal qui faisait la promotion d'une oeuvre municipale pour l'utiliser contre la police.

Selon ce qu'a rapporté le ministre de l'Intérieur,José Serrano, sur son compte twitter, les opposants ont frappé les hommes en uniforme et ont brisé un des boucliers. "Regarde qui agresse qui, ce criminel fracture la jambe à un Policier, je déposerai une plainte au pénal", a écrit le fonctionnaire.

De plus, il y a eu des agressions et du harcèlement contre des journalistes et des vols alors que les opposants se battaient avec la police. Des journalistes, des photographes et des cameramen de plusieurs médias ont été agressés par les mêmes opposants qui avec des cris et des pancartes exigeaient la liberté d'expression.

Parmi les personnes qui ont apporté leur soutien à Paez se trouvaient les ex candidats à la présidence Marcelo Larrea et Milton Castillo. On a aussi vu l'opposante Marta Roldós avec Fernando Villavicencio qui a été condamné à 18 mois de prison pour injures envers le président Rafael Correa.

Les opposants ont aussi brisé un cordon de policiers dans la rue Bolivar, dans le centre de la ville, ils ont attaqué la police et ont détruit les filets de sécurité.

La manifestation organisée par Paez s'est rassemblée autour des 16 h dans le parc de l'Arbolito et elle s'est acheminée vers 18 h par l'avenue 10 de Agosto jusqu'au Centre Historique.

Environ 500 personnes avec des drapeaux noirs, des pics, des ballons et des pancartes lançaient des consignes et des insultes contre le président Correa en avançant en direction de la Place de l'Indépendance qui fut fermement protégée par un peloton nourri de policiers.

Parmi les manifestants violents se trouvaient des citoyens sous l'effet de l'alcool qui provoquaient des incidents et provoquaient les sympathisants du gouvernement, selon ce qu'a constaté une équipe de journalistes d'ANDES.

Source en espagnol:

http://www.resumenlatinoamericano.org/2015/07/04/15-policias-heridos-y-37-personas-detenidas-en-protestas-en-ecuador/

URL de cet article:

http://cubasifranceprovence.over-blog.com/2015/07/equateur-15-policiers-blesses-et-37-personnes-arretees-lors-des-manifestations-de-l-opposition.html