Venezuela: Des ONG de droite vont organiser une campagne de discrédit lors d'une tournée internationale

Publié le par cubasifranceprovence

traduction Françoise Lopez

Caracas, 20 août AVN.- Le président de l'Assemblée Nationale (AN), Diosdado Cabello, a dénoncé ce mercredi le fait que différentes Organisations Non Gouvernementales (ONG) prétendent promouvoir une nouvelle campagne de discrédit contre les institutions de l'Etat lors d'une tournée internationale qu'ils réaliseront dans les pays qui composent le Marché Commun du Sud (MERCOSUR), un mécanisme créé en 1991 et qui regroupe actuellement l' Argentine, le Brésil, le Paraguay et l'Uruguay en plus du Venezuela.

Dans son émission "Con el Mazo Dando", diffusée par Venezolana de Televisión, Cabello a évoqué le fait que ces actions seront promues par Marcos Ponce, directeur de l'Observatoire Vénézuélien de al Conflictualité Sociale qui exposera des soi-disant pillages et "des lynchages à cause de l'insécurité au Venezuela".

Dans le cadre de cette matrice d'opinion qui sera diffusée par la chaîne CNN en espagnol, on exposera la "violation des doits de l'homme dans les Opérations de Libération du Peuple (OLP), une augmentation des pillages quotidiens au Venezuela, une augmentation des lynchages dans les rues et la crise humanitaire au Venezuela à cause de la pénurie."

De la même façon, il a souligné que Ponce, en collaboration avec Mikel Las Heras, également représentant de cette ONG, possède un groupe qui se charge de contrôler différents médias pour réaliser un document pour appuyer leurs signalements.

En ce sens, le Président du Parlement a indiqué que pour le mois d'octobre "les ONG ont prévu de dénoncer le ministre de l'Intérieur, de la Justice et de la Paix (Gustavo González López) devant la Commission Inter-américaine des Droits de l'Homme (CIDH) pour soi-disant avoir violé les droits de l'homme et comme soi-disant assassin du régime".

D'autre part, il a alerté sur le fait que l'ex députée de droite María Corina Machado, se basant sur les idées du Mouvement Sécessionniste de Droite Libérale, propose de diviser le territoire vénézuélien en une République Libérale et une République Socialiste et de créer une République Libérale Démocratique.

"La République Libérale serait composée de 11 états duCentre Ouest du pays et le reste des états serait pour la République Socialiste", a précisé le parlementaire tout en signalant que l'ex députée de droite, récemment, envoie des messages aux Forces Armées Nationales Bolivariennes (FANB) pour que cet organisme se révolte contre le processus révolutionnaire.

La division de la MUD continue

Pendant son émission, celui qui est aussi premier vice-président du Parti Socialiste du Venezuela (PSUV) a indiqué que les division continuent au sein de celle qui s'intitule elle-même Table de l'Unité Démocratique (MUD) face aux élections législatives prévues le 6 décembre prochain.

Cabello a expliqué que jusqu'à présent, même les membres de al coalition d'opposition ne sont pas d'accord sur qui seront leurs candidats pour les législatives malgré les primaires qui ont eu lieu au mois de mai dernier dans 33 des 87 circonscriptions électorales du pays.

Cependant, Cabello a déclaré que sur ces pré-candidats à la députation, "159 sont des chefs d'entreprises, en majorité des membres des partis Primero Justicia et Voluntad Popular" alors que "27 candidats rêvent d'être réélus, 8 ont été au Congrès sous la IV° République, 2 sont des fugitifs de la justice (Carlos Vecchio et Vilca Fernández) et 4 ont des antécédents judiciaires: Ligia Delfín (VP), Jesus Abreu (VP), Luis Silva (AD) y Eudomar Olivares (VP)".

De la même façon, dans les études de terrain réalisées par la MUD, un revers est évident dans plusieurs circonscriptions de Caracas, parmi lesquelles se détachent El Valle, Coche et Santa Rosalia. Face à cela, il a dénoncé le fait que la droite "ne pense pas respecter les règles et rien de l'ordre du jour des élections. La stratégie est de "manipuler les enquêtes", "beaucoup de publicité" et "remettre de l'argent".

De plus, l'ex président de Copei, Roberto Enríquez, a convoqué des militants du réseau vert des états d' Amazonas et de Monagas à une manifestation dans les environs du siège du parti situé à El Bosque, Caracas, "pour réclamer à la nouvelle direction de Copei le droit de participer aux élections législatives".

Le 29 juillet dernier, le Tribunal Suprême de Justice (TSJ) a émis une sentence dans laquelle il a suspendu la Table de Direction Nationale et la Direction Politique Nationale du réseau vert pour ne pas avoir respecté les statuts internes. Pour cela, une commission ad hoc a été nommée pour diriger l'organisation politique et, de plus, on a ordonné de consulter les militants à propos des candidatures que soutiendrait le parti aux prochaines élections.

Source en espagnol:

http://www.avn.info.ve/contenido/ong-derecha-promoverá-campaña-descrédito-contra-pa%C3%ADs-gira-internacional

URL de cet article:

http://cubasifranceprovence.over-blog.com/2015/08/venezuela-des-ong-de-droite-vont-organiser-une-campagne-de-discredit-lors-d-une-tournee-internatioanle.html