Venezuela: En 2014, la droite vénézuélienne a reçu plus de 2 300 000$ pour les plans de déstabilisation

Publié le par cubasifranceprovence

traduction Françoise Lopez

Caracas, 27 août AVN.- Des secteurs de la droite vénézuélienne ont reçu un total de 2 381 000 $ de la part de l'Organisation Non Gouvernementale (ONG) Fondation Nationale pour la Démocratie (NED) pour financer des plans violents comme les guarimbas de 2014, des actes fascistes qui ont fait 43 morts assassinés parmi les Vénézuéliens et plus de 800 blessés, a dénoncé mercredi le président de l'Assemblée Nationale, Diosdado Cabello.

Dans son émission Con el Mazo Dando, que diffuse Venezolana de Televisión, Cabello a expliqué que cette organisation a financé, de plus, différents secteurs de l'opposition latino-américaine pour provoquer la déstabilisation et l'angoisse dans plusieurs pays de la région.

"En premier lieu, on trouve Cuba avec 2 992 000 $, en second lieu, le Venezuela avec 2 381 824 $, à la troisième place la Bolivie avec 1 213 127 $, à la quatrième place l'Equateur avec 1 073 045 $, à la cinquième place la Colombie avec 832 003 $, à la sixième place, le Pérou avec 303 679 $ et à la septième place, nous avons l'Argentine avec 217 895 $", a déclaré le parlementaire.

Cabello a aussi signalé que Carlos Ponce, directeur de l'ONG RedLad a reçu en 2014 la somme de 115 000 $ pour contribuer à ces violences.

Face à cela, le président de l'Assemblée Nationale a souligné que le Parlement "doit approuver une loi par laquelle on oblige celui qui reçoit un financement étranger à payer devant la justice vénézuélienne".

Fermeture de la frontière entre le Venezuela et la Colombie

Pendant son émission, Cabello a dénoncé un nouveau plan contre le Gouvernement National de la part de l'oligarchie colombienne après la fermeture de la frontière entre le Venezuela et la Colombie dans le cadre des mesures nécessaires prises par le chef de l'Etat pour défendre le peuple vénézuélien qui est actuellement affecté par des pratiques paramilitaires et par la contrebande d'extraction d'aliments.

Le parlementaire a expliqué que des mouvements colombiens de droite ont convoqué pour ce mercredi une manifestation face à l'ambassade du Venezuela à Bogotá condamnant ces actions. Cependant, il a alerté sur le fait "qu'il y a une nouvelle phase dans le plan permanent d'Álvaro Uribe pour réaliser des attaques systématiques contre la Garde Vénézuélienne et aussi pour inciter les nationaux colombiens résidant dans diverses régions du Venezuela à manifester contre la fermeture de la frontière avec la Colombie."

Pour défendre la paix et la stabilité sur la frontière avec la Colombie, le chef de l'Etat a ordonné la fermeture de la frontière, une mesure qui sera maintenue tant que la convicialité et le respect de la légalité ne seront pas rétablis.

De plus, il a décrété l'Etat d'Urgence constitutionnel dans les municipalités de Bolívar, Pedro María Ureña, Junín, Capacho Viejo, Capacho Nuevo et Rafael Urdaneta pour rétablir la paix et l'ordre dans cette zone frontalière avec la Colombie, une mesure qui a été approuvée à l'unanimité par l'Assemblée Nationale, ce mardi.

Des plans violents à Ciudad Guayana

De même, le président de l'Assemblée Nationale a dénoncé le fait qu'actuellement, on tient des réunions secrètes dans des locations de l'état de Bolivar: Tumeremo, El Callao, San Félix et Puerto Ordaz, dirigées par le conseiller du parti d'extrême droite Voluntad Popular (VP), Luis Espinoza.

Lors de ces réunions - auxquelles ont été invités l'opposant Andrés Velasquez et des membres des jeunesses de VP et de Primero Justicia - on a décidé de reprendre et de réactiver l'agenda de violences qu'il avaient pour 2014 quand vont commencer en septembre de cette année les activités scolaires et universitaires.

dans ces plans seront organisées des violences de rue dans tout le Guyana, sous prétexte d'une soi-disant pénurie de produits alimentaires, intitulées “Guayanazo II”, accompagné d'actions plus radicales pour paralyser les services de base.

Cabello a alerté sur le fait que ceux-ci comptent sur le financement d'entreprises états-uniennes intéressées par l'exploitation des gisements miniers à Bolivar.

Source en espagnol:

http://www.avn.info.ve/contenido/2014-derecha-venezolana-recibió-más-2300000-para-planes-desestabilizadores

URL de cet article: