Le Venezuela condamne de nouvelles diffamations du gouvernement du Guyana envers le Venezuela

Publié le par cubasifranceprovence

traduction Françoise Lopez

Caracas, 08 Oct. AVN.- La ministre des Relations Extérieures, Delcy Rodríguez, a dénoncé jeudi de nouvelles actions diffamatoires du président du Guyana, David Granger, contre le Venezuela devant l'Organisation des Nations Unies (ONU).

La chancelière a informé que le président guyanais a présenté devant le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki Moon, de fausses accusations sur de soi-disant opérations militaires du Venezuela à Georgetown dans le cadre d'une campagne de discrédit contre le Venezuela impulsée par les intérêts transnationaux de l'Exxon Mobil sur le territoire de l' Esequibo, en litige entre les deux pays.

Rodríguez a précisé que Granger a présenté au sein de l'ONU un livre écrit par lui, dans lequel il envisage une nouvelle fausse hypothèse sur "un patrouilleur vénézuélien qu'il a décrit comme comme un bateau de guerre qui était arrivé à Georgetown, la capitale de la République Coopérative du Guyana".

"En tant que diplomate, je n'aurais jamais pensé que nous aurions à assister à une pareille barbarie, qu'on mente au secrétaire général de l'ONU d'une façon aussi insolente et barbare", a regretté Rodríguez.

"Nous avons la photo de la couverture de ce livre et c'est un patrouilleur vénézuélien construit en Espagne et qui faisait escale en décembre 2011 dans la ville de Santa Cruz de Tenerife, aux Iles Canaries", a indiqué Rodríguez lors d'une conférence de presse à la Maison Jaune, à Caracas, siège de la chancellerie vénézuélienne.

Elle a signalé que cette action de Granger démontre un mépris pour la géographie de son pays et prétend tromper la communauté internationale en présentant une soi-disant photo de sa capitale quand en réalité, c'est une ville espagnole.

"Il est inquiétant qu'en présence du secrétaire général de l'ONU avec qui nous, nous avons un engagement absolu de respect de la légalité, un principe et un objectif de cette institution, on mente aussi effrontément", a-t-elle insisté sur Venezolana de Televisión.

La chancelière a annoncé que sur instructions du président de la République, Nicolás Maduro, dans les heures qui viennent on informera Ban Ki-moon que cette information est fausse, qu'elle constitue une nouvelle agression contre le Venezuela.

"La campagne qui a été mise en place contre le Venezuela et a été soutenue par des transnationales de la communication doit être dénoncée devant la communauté internationale. Cette campagne de discrédit est organisée par Exxon Mobil qui a intérêt à faire une incursion sur le territoire de l' Esequibo et qui utilise les nouvelles autorités du Guyana en ce qui concerne une controverse territoriale historique sur l' Esequibo qui n'est régulée que par l'Accord de Genève de 1966 que doivent respecter le Venezuela et le Guyana", a-t-elle dénoncé.

Cependant, elle a souligné qu'il y a eu une violation systématique de cet instrument juridique par les nouvelles autorités du Guyana. A cause de cela, elle a déclaré que le Gouvernement Bolivarien a la responsabilité politique, juridique et diplomatique d'informer le monde sur cette campagne de discrédit contre la nation.

Le Venezuela contribue au développement du Guyana

Elle a aussi remis en question le fait que le président Granger mente devant l'ONU sur les soi-disant obstacles que met le Venezuela au droit au développement du Guyana en rappelant à nouveau "qu'il n'existe aucun pays dans le monde qui ait aidé autant le développement du Guyana que le Venezuela".

"Dans les 10 dernières années, le Gouvernement Bolivarien, à travers les accords de Petrocaribe, a collaboré avec le Guyana, avec une coopération qui dépasse les 1 200 millions de dollars et des mécanismes de compensation financière par l'acquisition de riz produit dans ce pays. Et même, il existe un centre de réhabilitation sociale qui a été construit et porte le nom du commandant le la Révolution, Hugo Chávez", a rappelé Rodriguez.

Elle a ajouté que depuis que le président du Guyana est arrivé au pouvoir, en mai de cette année, "il s'est consacré à offenser le peuple de Simón Bolívar et ses autorités" alors que le Gouvernement de Nicolás Maduro a respecté le droit international par le dialogue et la diplomatie de paix.

"Président Granger, je vous lance un appel à examiner le droit international et à respecter l'Accord de Genève de 1966. On ne peut as continuer à permettre que vous violiez de façon permanente cet instrument juridique enregistré et déposé aux Nations Unies", a ajouté la chancelière vénézuélienne.

(...)

Source en espagnol:

http://www.avn.info.ve/node/323691

URL de cet article:

http://cubasifranceprovence.over-blog.com/2015/10/le-venezuela-condamne-de-nouvelles-diffamations-du-gouvernement-du-guyana-envers-le-venezuela.html