Les Etats-Unis utilisent les réfugiés pour détruire l'Europe

Publié le par cubasifranceprovence

por Hernán Mena Cifuentes

traduction Françoise Lopez

Une caravane de déplacés affamés et assoiffés avance par l'Europe dans un exode pénible dans lequel des milliers meurent noyés, écrasés par des trains ou blessés en escaladant des murs et ou des clôtures de fil de fer barbelés fuyant la mort et la terreur provoquées par les guerres entreprises par les Etats-Unis et l'OTAN dans leur patrie et tandis qu'ils avancent surgit le chaos et la dénonciation que l'empire les utilise contre leurs propres alliés.

Cette révélation a été faite par un espion autrichien qui, à la différence de Manning, Assange et Snowden qui ont révélé au monde les génocides, les crimes de guerre et les crimes informatiques des Etats-Unis, garde l'anonymat pour éviter le même sort que ceux-ci: Manning condamné à 35 ans de prison, Assange réfugié depuis 3 ans à l'ambassade d'Equateur à Londres et Snowden réfugié depuis 2 ans en Russie.

L'agent a mis au jour la façon dont cette masse humaine de presque 1 million de personnes en provenance d'Afrique et du Moyen Orient, principalement de Libye, d'Irak et de Syrie, anéantie par les bombes et les missiles chargés d'uranium appauvri lancés depuis des bateaux, des tanks, des jets et des drones yankees et européens et par les armes des mercenaires entraînés, armés et financés par ceux-ci.

Ils abandonnent leurs pays, selon ce qu'on croyait jusqu'à présent, amenant leurs faibles économies pour payer aux trafiquants le passage qui, dans la première étape de leur voyage, les amène sur les côtes européennes dans de fragiles embarcations qui font très souvent naufrage, provoquant la mort de milliers de personnes, comme le petit Aylan dont la photo effroyable du corps rejeté par la mer sur une plage turque a fait le tour du monde.

Un petit dont le père avait demandé l'asile au Canada pour lui-même, son épouse, Aylan et son frère, asile qui lui fut refusé. C'est pourquoi ils décidèrent de se rendre en Europe en traversant la mer sur un fragile radeau, et périrent noyés. Mais après la tragédie, le gouvernement canadien a eu le cynisme et l'hypocrisie de l'accorder au père qui, dans un geste de dignité, l'a refusé énergiquement.

Que l'attitude inhumaine de ce gouvernement capitaliste est différente de celle de la République Bolivarienne du Venezuela dont le président, Nicolás Maduro, dans un geste noble de solidarité humaine, a annoncé que son pays accueillerait 20 000 familles syriennes déplacées et en danger de mort, affectées par les guerres de conquête que le Canada et l'Union Européenne, marionnettes des Etats-Unis, ont déchaînées contre ces peuples.

Tout à coup, et quand on s'y attendait le moins, surgit une version contraire sur la provenance de l'argent avec lequel les déplacés paient leur passage pour la Méditerranée, une version qui, si elle était confirmée, ne ferait qu'enrichir le long inventaire de délits de l'empire. Non seulement génocide mais aussi traître qui ne respecte pas ses alliés et encore moins ses amis fidèles.

C'est que les Etats-Unis "n'ont pas d'amis, seulement des intérêts" comme l'a admis John Foster Dulles, l'ex secrétaire d'Etat yankee il y a quelques années, une pratique propre à un Judas comme Washington qui pratique cette méthode diabolique très fréquemment contre ceux qui les soutiennent parce que, comme l'affirme le sage et vieux refrain: "Le Diable paie mal celui qui le sert bien".

Une note de presse de l'agence d'information RT publiée le 22 août par quelques rares médias privés du monde dans l'espace réduit d'une colonne, reprend la dénonciation d'un agent du renseignement autrichien sur l'existence d'une conspiration machiavélique des Etats-Unis contre les pays européens qui furent jadis des empires, aujourd'hui convertis en sujets de Washington.

Une fuite du service de renseignement d'Autriche a révélé que des organisations des Etats-Unis dépensent des sommes extraordinaires pour payer les contrebandiers qui amènent en Europe quotidiennement des milliers de réfugiés illégalement. Des experts - ajoute la note - pensent qu'il s'agit d'une ligne géopolitique basée sur les principes néo-machiavéliques des stratégies états-uniennes."

"Les contrebandiers n'amènent pas les immigrants dans les pays européens gratuitement. Le prix du voyage, qui dépend de la région, peut varier de 7.000 a 11.000 euros informe le journal autrichien Info-Direkt. Tous les réfugiés du Nord de l'Afrique n'ont pas 11.000 euros en liquide: Personne ne se demande d'où sort l'argent? interroge le journal en évoquant la récente fuite d'un employé anonyme du Bureau de la Défense d'Autriche."

La réponse à sa question, l'agent de renseignement autrichien la donne en disant qu'"il y a des éléments qui indiquent que des organisations dont le siège est aux Etats-Unis ont créé un modèle de co-financement et contribuent de façon substantielle aux paiements exigés par les trafiquants". la source souligne enfin qu'on a imposé une censure stricte dans les médias pour empêcher sa publication.

"La déclaration de l'agent de renseignement autrichien, souligne d'autre part la note de presse, fut analysée par le journaliste français Nicolas Bonnald pour le journal Boulevard Voltaire dans un article dans lequel il confirme la dénonciation de l'agent anonyme en soulignant qu' "après avoir créé le chaos dans e Nord de l'Afrique, les Etats-Unis concentrent leurs efforts pour faire tomber l'Europe."

Bonald dit que tout a commencé en Libye et a continué en Syrie en associant la conspiration dénoncée par l'agent de sécurité autrichien avec la marche de millions de désespérés qui abandonnent ces pays comme l'Irak et d'autres encore pour échapper au désastre humanitaire provoqué par les guerres de l'OTAN qui ont succédé à des "coups d'Etat doux" organisés par les Etats-Unis et leurs alliés de l'Union Européenne.

Par l'occupation des pays européens, en particulier de l'Allemagne et de la France, par cette immense masse humaine, "le gouvernement des Etats-Unis - assure le journaliste - veut provoquer le chaos dans les points de conflit pour transformer ces pays en terres vides et en puits de drogue en provoquant une crise des réfugiés".

Un désordre auquel contribuerait certainement les troubles de l'ordre public qui ont déjà surgi en Allemagne et dans d'autres pays provoqués par la colère des néo-nazis qui brûlent les refuges des réfugiés et les agressent brutalement, une action inhumaine qui pourrait s'inscrire dans le cadre du plan de déstabilisation que les Etats-Unis sont en train de mettre en marche en Europe.

Une manoeuvre très semblable à celle déployée par Washington contre les communautés noires des Etats-Unis à la fin du XX° siècle, qu'ils ont envahies avec du crack et de la cocaïne pour freiner la rébellion contre le racisme, est orientée, cette fois, vers la destruction de gouvernements et de pays qui les croient leurs amis et les suivent comme des sujets de l'Empire qu'ils sont devenus avec les guerres qu'ils font contre d'autres nations.

Mais les pays européens semblent ignorer que maintenant c'est leur tour parce que le développement et le progrès qu'ils ont atteints constituent un danger pour l'empire qui a émergé à partir de la II° Guerre Mondiale qui les a laissés en ruines, et que Washington n'a pas pensé qu'ils récupèreraient le pouvoir perdu jusqu'à devenir des rivaux commerciaux, industriels, scientifiques et technologiques des Etats-Unis.

De là le fait qu'ils agitent une fois de plus le danger de la ruine en les utilisant comme fer de lance non seulement dans leurs aventures belliqueuses mais aussi dans les sanctions économiques et politiques illégitimes et illégales qu'ils ont prises contre la Russie qui sont revenues comme un boomerang contre leurs peuples en ruinant des paysans, des commerçants et des industriels qui protestent dans les rues.

Comme complice des coups d'Etat doux comme celui perpétré en Ukraine contre le président légitime Viktor Yanokovich qui s'est achevé par une action séparatiste et une guerre civile qui a coûté des milliers de vies, des milliers de blessés et un exode de milliers d'hommes, d'enfants, de vieillards et de femmes vers la Russie, le pays auquel était destinée la manoeuvre qui s'est terminée en une crise sociale dévastatrice pour les putschistes.

Et maintenant, les Etats-Unis pensent finir de plonger dans des abîmes de chaos plus profonds les gouvernements européens et leur peuple complices involontaires du désastre qu'ils ont créé en les envahissant avec des milliers de réfugiés que tous deux, les régimes de Washington et de l'Union Européenne ont produits par leurs guerres de conquête dans le Nord de l'Afrique et le Moyen Orient.

Il y a des différences parquées dans l'Union Européenne sur la façon de les répartir sur leurs territoires respectifs et de l'argent que chacun doit apporter pour héberger ces gens, victimes des guerres que les Etats-Unis et l'Union Européenne qui ont amené la violence, la destruction et la mort, des différences qui deviennent plus aigües parce que l'Europe souffre d'une cris économique causée, selon ce qu'a dit Poutine, par le fait d'avoir suivi aveuglément la politique des Etats-Unis.

"La crise des migrants en Europe était attendue, "les pays du vieux continent, - a dit le président russe - suivent aveuglément la politique des Etats-Unis, c'est pourquoi maintenant, ils portent une charge si lourde".

Ses gouvernements ne reçoivent pas les migrants parce que leurs membres sont humains, non, ils le font parce qu'ils n'ont pas d'autre choix puisqu'ils se sont vus débordés par l'avalanche humaine qui les inonde par mer et par terre, provoquée selon ce qu'a révélé l'agent, par le macabre plan de Washington destiné à déstabiliser économiquement et politiquement l'Europe et parce qu'ils sont des cyniques et des hypocrites.

Et ils se déchirent les vêtements, ces modernes pharisiens, en répandant des larmes de crocodiles, simulant la peine et la douleur qu'ils sont très loin de ressentir pour eux comme la petite fille syrienne à qui Ángela Merkel que son sort n'est pas la faute des Européens, qu'ils ne peuvent pas recevoir tout ceux qu'ils voudraient, un mensonge qui a fait pleurer la petite qui avait découvert la fausseté de ses paroles.

Comme le Canada qui, après avoir refusé l'asile à la famille d'Alyan Kurdi, l'enfant mort noyé avec sa mère et son frère, a décidé de l'accorder au père du petit, l'unique survivant de la tragédie après que celui-ci soit rentré en Syrie pour enterrer sa famille et qui, dans un geste de dignité, a refusé cette offre cynique et hypocrite.

Alors, les Etats-Unis attendent seulement, à l'affût "comme un caïman dans une bouche d'égout", le moment de se jeter sur le vieux continent comme ils l'ont fait il y a près de 2 siècles avec l'Amérique Latine et les Caraïbes qui s'étaient récemment libérées de l'empire espagnol qui les a tenues sous son joug pendant 3 siècles grâce à la geste de Bolívar, Sucre, San Martin, O´Higgins et d'autres grands hommes du continent.

Un projet conçu par Jefferson qui, étant ambassadeur des Etats-Unis à Paris, dans une lettre destinée à Archibald Steward, donnait le 25 janvier 1786 des détails sur la conjuration, point de départ d'un génocide qui caractériserait la façon d'agir de tout ambassadeur yankee et origine du présupposé qui soutient qu'"aux Etats-Unis, il n'y pas de coup d'Etat parce qu'il n'y a pas d'ambassadeur yankee", en disant:

“”Our Confederacy must be viewed as the nest for all America North and South is to be peopled. We should take care to not to think it is for the interest of that great continent to press to soon on the spaniards.”

“Those countries can not be in better hands. My fear is that they are to feeble to hold them till our population can be sufficientle advance to gained from them piece by piece,”

Des mots qui, traduits en castillan, révèlent tout le sordide et le mauvais de ce plan, c'est à dire que:

"Notre confédération doit être considérée comme le nid à partir duquel toute l'Amérique du Nord et du Sud doit se peupler. ainsi, nous avons bien fait attention à l'intérêt de ce grand continent, de ne pas expulser trop vite les Espagnols car ces apys ne peuvent pas être en de meilleures mains."

"Ma crainte est qu'ils soient trop faibles pour maintenir leur domination sur eux jusqu'à ce que notre population ait suffisamment avancé pour l' emporter morceau par morceau".

Les Etats-Unis ont fait comme Jefferson l'avait planifié, se déchaînant en une avalanche de conquêtes rarement vue dans l'histoire tout au long de la Grande Patrie du sud du Río Grande jusqu'à la Patagonie, à peine ont-ils vu comment l'empire espagnol, affaibli par les défaites infligées par les libérateurs perdait la domination qu'il exerçait sur elle, qu'ils se sont employés à "l'arracher morceau par morceau".

Ils espèrent aujourd'hui le même destin pour l'Europe sur le point d'être conquise par les Etats-Unis, voyant comment elle s'affaiblit comme l'Espagne il y a 2 siècles parce que leur plan pour la dominer fait partie d'une politique d'Etat séculaire de l'empire yankee, d'un projet de domination planétaire qui comprend non seulement le vieux continent mais le monde entier comme on les voit le faire depuis longtemps.

Du désastre actuel et de celui qui est prévisible pour demain dont son coupables ceux qui gouvernent ces pays qui hier furent des empires transformés par eux en sujets des Etats-Unis, qui mènent leurs peuples à la ruine et à une fin terrible confrontés à la même horreur et à la même souffrance que cette bande de misérables impose à d'autres peuples avec les guerres de conquête auxquelles l'empire les a amenés.

source en espagnol:

http://www.avn.info.ve/contenido/esp%C3%ADa-revela-que-eeuu-usa-refugiados-para-destruir-europa

URL de cet article:

http://cubasifranceprovence.over-blog.com/2015/10/les-etats-unis-utilisent-les-refugies-pour-detruire-l-europe.html