Venezuela : Un objectif de la guerre électronique yankee?

Publié le par cubasifranceprovence

traduction Françoise Lopez

Récemment, de nombreux citoyens vénézuéliens sont venus se plaindre à nous du service des télécommunications. Les usagers nous informent qu'ils connaissent très bien nos failles dans le service. Certains disent que cela arrive toujours la veille des élections, un autre dit qu'il n'est pas possible qu'aujourd'hui, le service de "Movilnet", "Cantv" ne fonctionne pas et demain ce sera le tour d'un autre opérateur comme "Movistar"… Mais au milieu de nos célèbres pannes latino-américaines dans les services, surgit une autre interrogation qui éveille la curiosité du plus sceptique de nos compatriotes: quelle mission vient accomplir l'imposant porte-avions "USS George Washington"? identifié avec le code CVN-73, à propulsion nucléaire, doté d'un équipage de 3 200 marins, 2 480 fantassins et de 90 avions et hélicoptères. En d'autres termes, nous parlons d'une super forteresse de la marine états-unienne. Le sixième bateau de la classe "Nimitz" et le quatrième de la Marine des Etats-Unis à recevoir le nom du premier Président des Etats-Unis, George Washington. Il fut construit par l'entreprise navale "Newport News Shipbuilding", affecté le 4 juillet 1992.

Mais au milieu de la problématique de la communication que nous vivons ces jours-ci intensément, des centaines d'usagers des services de téléphonie fixe, mobile, d'internet, de télévision par satellite et d'autres services de transmission de données, l'entreprise de télécommunications d'Etat "CANTV" et le Conseil National Electoral (CNE) devront affronter de grands défis pour faire face à toute situation qui peut surgir pour perturber le processus électoral dans ses diverses étapes comme, par exemple, la transmission des données aux centres de totalisation électroniques.

Comme chacun le sait, le processus électoral vénézuélien est considéré par beaucoup d'experts internationaux comme "le pus prestigieux, sûr et blindé du monde" mais certains se réjouiraient que cette image qui a tant coûté pendant des années, soit perdue en une seconde avec le piège orchestré par des secteurs ennemis du pays surtout devant les observateurs internationaux. Nous rappellerons que notre processus électoral s'appuie sur une plateforme électronique de transmission de données sophistiquée. Il ne serait pas inconcevable qu'après tant de plans ayant échoué de la part de l'Empire et de ses laquais créoles dans lleur tentative de rompre pendant plus de 3 quinquennats le cours normal de la Révolution Bolivarienne, on peut à présent affronter une nouvelle sorte d'attaque, the Electronic Warfare ou "guerre électronique", sans doute un recours important dont disposent les unités militaires des Etats-Unis, il ne pourrait y avoir de meilleure occasion pour essayer les méthodes d’interférence et d'infiltration électromagnétiques. Souvenons-nous et cela à propos du fait que ce dimanche, il est prévu que le porte-avions en question arrive aux côtes du voisin de l'est, le Guyana.

Le Venezuela n'est plus le même qu'en d'autres temps. Maintenant, nos Forces Armées centralisées dans le Commandement Stratégique Opérationnel (CEO-FANB) possède le matériel électronique terrestre et aéro-spatial le plus sophistiqué pour le suivi, la surveillance et le contrôle de ce qui peut arriver sur nos frontières et un peu au-delà.

Mais nous en disons un peu plus sur ce bateau de surface en question qui est doté des équipements de "guerre électronique" (Electronic Warfare et son sigle EW) dénommés: -SLQ-32A (V)4- y -Nixie SLQ-25A-. Un "armement" qui consiste en une activité électronique et technologique pour déterminer, explorer, réduire ou empêcher une utilisation hostile de tous les spectres d'énergie, par exemple du spectre électromagnétique, etc... de la part de l'adversaire et de conserver l'utilisation de ce spectre à son bénéfice propre.

L’utilisation militaire du matériel électronique atteint touts les niveaux et toutes les modalités de combat. Le matériel de communication permet le contrôle en temps réel de tous les échelons des forces de combat et facilite au chef de celles-ci l'obtention des données nécessaires pour évaluer la situation. Les réseaux de radar (sigles anglais de "Radio Detection and Ranging", détection et télémétrie par radio) facilitent une alerte préalable à une attaque aérienne ennemie et les systèmes électroniques de direction de tir aident à la défense anti-aérienne. Ces réseaux électroniques peuvent guider les avions d'interception contre la force attaquante. Ces mêmes avions ont un ensemble sophistiqué d'équipements pour la détection de cibles, la navigation et le guidage des armes jusqu'à leur objectif. Cependant, comme la totalité de ces systèmes dépendent dans une grande mesure du spectre électromagnétique en ce qui concerne le renseignement et l'efficacité, les forces opposées pourraient utiliser d'autres dispositifs électromagnétiques pour réduire leur utilisation optimale et même se servir de notre système.

Depuis l’invention du radar pendant la Seconde Guerre Mondiale, la guerre électronique n'a pas cessé de progresser à pas de géant jusqu'à constituer aujourd'hui le facteur décisif de la victoire. De la même façon que sans conquérir la supériorité aérienne il est impensable d'obtenir la victoire, sans la supériorité électronique il est impensable de l'atteindre. La capacité de survie des forces propres dans un environnement hostile et la précision et l'efficacité des armes dépendent de la capacité à contrôler le spectre électromagnétique. D'autre part, la première action hostile dans un affrontement passe toujours par la perturbation et l'attaque des systèmes de détection et de communications de l'adversaire. L'EW n'est pas un facteur indépendant mais doit être considéré comme un facteur très important dans l'évaluation de la survie et de la vulnérabilité.

Selon la complexité des opérations militaires, l'EW se divise en 3 parties:

Mesures de soutien de la Guerre Électronique (ESM) Aérienne de l'EW qui comprend les actions adoptées pour chercher, intercepter, identifier ou situer des sources d'énergie électromagnétique émises pour obtenir une reconnaissance immédiate de la menace. Donc, les ESM fournissent une source d'information requise pour une action immédiate qui comprend des contre-mesures électroniques, des anti-contre-mesures électroniques, des actions d'échappatoire, la localisation de la cible et une autre utilisation tactique des forces.

Des contre-mesures électroniques (ECM) Aériennes de l'EW qui comprennent les actions adoptées pour empêcher ou réduire l’utilisation ennemie du spectre électromagnétique. Les ECM comprennent:

La perturbation électronique: C'est la radiation, la re-radiation ou la réflexion délibérée d'énergie électromagnétique pour réduire l'utilisation de la part de l'ennemi des dispositifs, équipements ou systèmes électroniques.

La Tromperie électronique: La radiation, la re-radiation, altération, absorption ou réflexion délibérée d'énergie électromagnétique pour désorienter l'ennemi dans l'interception ou dans l’utilisation de l'information reçue à travers ses systèmes électroniques. Il existe deux catégories de tromperie électronique:

La Tromperie électronique par manipulation: l'altération ou la simulation de radiations électromagnétiques amies pour tromper.

La Tromperie électronique par imitation: Introduction de radiations dans les réseaux ennemis pour imiter leurs propres émissions.

Mesures de Protection Électronique (EPM): Adoption de mesures destinées à assurer l'utilisation propre du spectre électromagnétique malgré l'emploi de la Guerre Électronique par l'ennemi.

Evasion d'Emissions : Utilisation délibérée de fréquences que l'ennemi ne peut pas repérer avec ses moyens ELINT o COMINT (1)

Enfin, un concept qui a de plsu en plus d'importance: le contrôle des émissions (CONEM). il s'agit du contrôle sélectif de l'énergie électromagnétique ou acoustique émise. Pour minimiser la détection de celle-ci par les capteurs ennemis ou bien pour améliorer les prestations des capteurs installés.

On pense souvent que CONEM est le silence électronique total. Il pourrait en être ainsi mais le silence électronique est une sorte de CONEM. Comme nous l'avons dit, le CONEM est sélectif et se manifeste dans différentes applications.

(1) Le Renseignement de Signaux (en anglais Signals Intelligence, SIGINT) est l'obtention d'information par l'interception de signaux soit entre des personnes (renseignement de communications, en anglais Communications Intelligence, COMINT), soit sur des signaux électroniques non utilisés directement dans les communications (renseignement électronique, en anglais Electronic Intelligence. ELINT), ou une combinaison des deux. Comme souvent l'information délicate est chiffrée, le renseignement par signaux implique l'utilisation de la cryptanalyse. Et aussi de l'analyse du trafic qui est l'étude de qui transmet à qui et à quelle fréquence. souvent, cela peut produire des informations importantes même si les messages eux-mêmes ne peuvent être lus.

Comme moyen de collecter des renseignements, le renseignement par signaux est sous-ensemble de l'administration de la collecte de renseignement qui elle-même est un sous-ensemble de l'administration du cycle de renseignement.

Le renseignement par signaux comprend différentes ressources:

Renseignement de communications (COMINT): suppose l'utilisation de toute classe de communications connues comme le téléphone, la radio, internet, etc...

Renseignement Électromagnétique (ELINT): suppose l'utilisation des champs électriques (charges et courants électriques) et des champs magnétiques. Un système électronique important est la radio de détection et de mesure de la distance qui, en reflétant les ondes électromagnétiques permet de détecter la présence d'objets ou de surface dans un large rayon ainsi que leur position exacte.

Renseignement Télémétrique (TELINT): Sa fonction est la détection d'images, de dimensions et de radiations au moyen d'images optiques.

Le réseau le plus connu de renseignement par signaux est la réseau ECHELON mis en place par les Etats-Unis, le Royaume Uni, le Canada, l'Australie et la NOuvelle Zélande. Il existe une version appelée FRENCHELON mise en place par la DGSE.

Source en espagnol:

http://www.aporrea.org/actualidad/a218444.html

URL de cet article:

http://cubasifranceprovence.over-blog.com/2015/12/venezuela-un-objectif-de-la-guerre-electronique-yankee.html

Le mot de Cuba Si Provence:

NOUS ACCOMPAGNONS TOUS LE PROCESSUS ELECTORAL VENEZUELIEN

Nous sommes avec le Venezuela. Le Venezuela est une démocratie authentique.