Cuba: L'hallali des gusanos !

Publié le par cubasifranceprovence

par Michel Taupin

Les résidus nauséabonds qui ont fui la révolution cubaine que sont les gusanos Machover, Valdes, Zuniga ou autre Muller, trop lâches pour affirmer alors leur admiration pour Batista, sont venus s'installer confortablement en France et n'ont cessé depuis, de cracher leur bile de frustrés sur les dirigeants historiques de la Révolution cubaine.

Plus anti-castristes qu'eux, tu meurs !

Plus obscènes qu'eux tu meurs aussi !

Nous les connaissons bien ces olibrius. Ils ont fait de leur psychose anti-castriste obsessionnelle, viscérale, leur fond de commerce. Ils ne peuvent se prévaloir du moindre soutien du peuple français. Ils auraient pu rester au fond des poubelles de l'histoire si les médias et certains politiques (mairie de Paris dirigée par Delanoë, notamment) n'avaient pris fait et cause pour leur croisade contre la révolution socialiste cubaine tant honnie par l'idéologie ultra-libérale dominante. Autant vous dire que ce qu'ils racontent est tellement grossier et ridicule qu'on finit par en rire. C'est consternant ! Mais la calomnie, sans cesse relayée par les "merdias" serviles, finit par se lover dans les têtes crédules. Leur "Appel contre la visite de Raoul Castro en France" (1) est pathétique. En dehors du fait que c'est un tissu d'insultes, de chiures de gusanos, qu'il n'est même pas nécessaire de commenter (mieux vaut tirer la chasse), l'"Appel" apparaît comme une sorte de dernier cri, de sursaut désespéré, comme le râle ultime de l'agonisant face à sa mort prochaine. La libération des Cinq, le rapprochement diplomatique et les négociations en cours entre Cuba et les Etats-Unis, leur avaient déjà fichu un sale coup. Et voilà que la France invite officiellement le Président Raoul Castro, c'est le coup de grâce ! Si la France et l'Europe finissent enfin par admettre que Cuba est fréquentable, alors pour eux tout s'écroule ! Ils paniquent, car leur fond de commerce fond comme neige au soleil. Adieu les promotions bidons, les interviews complaisantes, adieu les privilèges médiatiques, les aides publiques... Manque plus que la levée du blocus et ce sera l'hallali ! Alors dans un effort désespéré, et en poussant très fort, ils ont réussi à déféquer assez d'étrons répugnants pour les répandre dans les chiottes de la "maison des journalistes" hébergée par Médiapart.

Aussi, en dehors de la France Officielle, nous serons très nombreux les 1er et 2 février à saluer la visite historique du Président Raoul Castro en France, et lui manifester notre totale solidarité.

Viva Raoul, Viva Fidel,

Viva Cuba libre !