DECLARATION DE Joséfina Vidal, DIRECTRICE POUR LES Etats-Unis AU MINISTERE DES RELATIONS EXTERIEURES DE Cuba, 28 février 2013

Publié le par cubasifranceprovence

Suite à la publication de la déclaration du Ministère des Affaires Étrangères (MINREX) mercredi dernier relatif à une nouvelle attaque contre l'un des cinq, il y a eu des déclarations d'un responsable du Département d'État ayant requis l'anonymat, à l’agence EFE.

 

Une dépêche de cette agence EFE du 28 février dernier a déclaré que les Etats-Unis ont admis aujourd'hui qu'ils ont refusé des visites consulaires à René González, étant donné «des restrictions de voyage réciproques." Dans le rapport intitulé "États-Unis: Visites consulaires au cubain René González ont été rejetées par réciprocité», cette agence a cité un fonctionnaire anonyme du Département d'État, qui a dit que « la Section des intérêts étasuniens à La Havane comme celle de Cuba à Washington est soumise à des restrictions de circulation réciproques ".

 

«Les Cubains ne nous laissent pas voyager à l'extérieur de La Havane sans autorisation préalable, donc nous répondons avec la même restriction ici."

 

"Le problème est que la Section d’intérêts (cubaine) ne peut pas voyager à l'extérieur de Washington, et González est en Floride», a-t-il ajouté. «S'ils nous permettent de voyager en dehors de La Havane, leurs fonctionnaires pourront se déplacer pour le voir."

 

L'agence de presse espagnole a également ajouté que, selon le communiqué du Département d'État, González peut se rendre à Washington pour rencontrer des représentants du gouvernement cubain si les responsables de sa liberté surveillée lui permettent de voyager.

 

Sur ces déclarations du Département d'État, la Directrice des États-Unis du Ministère cubain des Affaires Étrangères a déclaré:

 

"La Section des intérêts des États-Unis (SINA) à La Havane reçoit toujours des permis de voyage en dehors de la capitale pour visiter des prisonniers étasuniens ainsi que cubains naturalisés aux États-Unis qui purgent leur peine où que ce soit à Cuba. Ces derniers mois, les fonctionnaires étasuniens, y compris le Chef de la SINA lui-même, ont pu réaliser des visites consulaires dans les provinces de Matanzas, Camagüey, Ciego de Avila,

Artemisa et Mayabeque.

 

Nous ne savons pas de quelle réciprocité on parle, car tous les permis de voyage pour les visites consulaires de la SINA ont été accordés sans exception. Cependant, à partir de septembre 2012, le Département d'État a refusé toutes les demandes présentées par des fonctionnaires consulaires de la Section des Intérêts de Cuba à Washington pour rendre visite à René González, en violation flagrante de ses obligations en vertu de la

Convention de Vienne sur les Relations Consulaires. Les autorités des États-Unis ont également refusé à René ses récentes demandes de permis de voyager en dehors de la zone où il purge sa sanction supplémentaire de liberté surveillée, qui le maintient injustement loin de sa femme qui n'a pas été autorisée à lui rendre visite. "

La Havane, 28 février 2013

 

(source AIN

texte revu par Cuba Si France Provence)