DEVELOPPER LA GUERILLA DE LA COMMUNICATION EN FAVEUR DES 5

Publié le par cubasifranceprovence

Écrit par Michele Claverie

 

Les participants au Second Atelier International de Réseaux Sociaux et de Médias Alternatifs qui se déroule ici, à La Havane, ont mis l’accent sur le fait que la campagne pour la libération des 5 antiterroristes cubains condamnés aux Etats-Unis doit devenir une guérilla de la communication.

 

Les 240 participants à la rencontre, provenant de 30 pays, ont souligné ici, à La Havane, qu’il faut occuper avec force les espaces fournis par les technologies de la communication pour diffuser la vérité sur l’affaire de Gerardo Hernández, Fernando González, Antonio Guerrero, Ramón Labañino et de René González

 

Inaugurant la rencontre la vice-ministre cubaine des affaires étrangères, Ana Teresa González a indiqué :

 

“Combien de choses nous pouvons faire dans les réseaux sociaux pour faire face au silence complice ou à la manipulation à laquelle se livrent les médias au sujet de cette affaire cela fait presque 15 ans.

 

Nous débattrons aussi des campagnes médiatiques auxquelles fait face le Venezuela et de la façon de les contrecarrer. Ces campagnes ont été renforcées ces derniers temps à la suite de la maladie du Président Hugo Chavez auquel nous souhaitons un prompt rétablissement.

 

Nous nous sommes fixés pour but de continuer à travailler pour unir des efforts depuis le Sud progressiste de façon à ce qu’avec le guide d’une stratégie politique, comme le signalait notre ministre dans la clôture du premier atelier, nous luttions depuis les réseaux sociaux contre l’hégémonie des pays occidentaux.

 

Le blocus des États-Unis contre notre pays a entravé notre accès à Internet moyennant des restrictions et le paiement des coûts élevés de connexion. Aujourd’hui, grâce à la volonté politique de surmonter, par des voies alternatives, les préjugés qu’impose la stratégie prohibitive du gouvernement des Etats-Unis, nous sommes plus proches de parvenir à une meilleure connexion ».

 

Ana Teresa González a profité de l’occasion pour souligner que cette rencontre deviendra un espace de dénonciation contre toutes les actions concrètes contre Cuba auxquelles les réseaux sociaux doivent répondre en tant qu’outils pour diffuser la vérité sur la réalité cubaine. Elle a ajouté :

 

“Un peu plus d’un an après la rencontre précédente, je vous souhaite la bienvenue à La Havane, pour tenir le second Atelier International de Réseaux Sociaux et de médias alternatifs qui sont de nouveaux espaces de la communication politique dans le domaine de l’informatique. Nous aurons l’occasion de réviser ce que nous avons fait jusqu’à aujourd’hui et de redessiner notre action sur les réseaux sociaux de façon à ce que, depuis des perspectives diverses, avec une vision progressiste, une éducation et une volonté communes, nous fassions face aux prétentions hégémoniques qui tentent de monopoliser le développement et de contrôler les technologies de l’information et de la communication mondiale ».

 

Au cours des travaux de l’atelier qui prendra fin ce mercredi, les participants ont indiqué qu’il faut passer de la dénonciation aux actions concrètes et utiliser des réseaux comme Facebook et Twitter comme outils pour diffuser plus largement le message.

 

Ils ont également relevé qu’il est important d’encourager des actions pour communiquer avec le Président étasunien Barack Obama qui peut faire libérer les 5 en les graciant. /Radio Habana Cuba