LES TERRORISTES FETENT L'ANNIVERSAIRE DE LA MORT D'Orlando Bosch PAR UN ATTENTAT

Publié le par cubasifranceprovence

Par Jean-Guy Allard

 

Conséquence de la scandaleuse tolérance des autorités nord-américaines envers le terrorisme cubano-américain, un attentat a détruit dans la matinée de vendredi les bureaux d'Airlines Brokers, dans la municipalité de Coral Gables, Miami, une des huit compagnies qui organisent des voyages vers Cuba.

 

Le crime a déclenché un incendie tellement intense que le bureau, récemment rénové, a été « pulvérisé , transformé en décombres et en cendres », selon la propriétaire d' Airlines Brokers, Vivian Mannerud, qui a déclaré n'avoir reçu aucun appel de la part des auteurs de l'attentat.

 

L'acte terroriste s'est produit quelques heures après que la veuve d'Orlando Bosch ait appelé publiquement à commémorer la mort de son mari. Bosch, mort à Miami l'année dernière, fut le chef de la CORU qui fut pendant une décennie le groupe terroriste mis en mouvement par la CIA le plus dangereux du continent .

 

Des fonctionnaires en relation avec ce cas qui ont souhaité garder l'anonymat car ils n'étaient pas autorisés à faire des commentaires , ont dit au Nuevo Herald que le feu fut « délibéré » et non accidentel.

 

Selon la presse locale, Deborah Cox, porte-parole des pompiers d'état, a dit que la cause du crime donnait lieu à une enquête du FBI, du Bureau des Alcools, du Tabac et des Armes à Feu et du Département des Pompiers de Coral Gables.

 

Il est de notoriété publique, dans le sud de la Floride, que les autorités judiciaires locales, et notamment le FBI, non seulement n'enquêtent pas sur les terroristes cubano-américains et ne les poursuivent pas mais qu'ils les protègent au point d'avoir arrêté, jugé et condamné à d'énormes peines de prison Cinq antiterroristes cubains infiltrés dans leurs rangs.

 

Vivian Mannerud, propriétaire et présidente exécutive d'Airlines Brokers, a affirmé que les enquêteurs, par extraordinaire, ne lui ont donné aucune indication sur la cause du feu.

 

Adiana Bosch a parlé sur la chaîne mafieuse Radio Mambi pour informer que le samedi, on célébrait un hommage à Orlando Bosch « à l'occasion du premier anniversaire de sa mort ».

 

La veuve de Bosch était accompagnée par Antonio Esquivel, président de la Junte Patriotique Cubaine, à l'origine de l'événement. Le 17 février 2006, le même Antonio Esquivel, joint à des chefs de groupes et des criminels terroristes comme Tony Calatayud, du Congrès National Cubain (CNC) ; Rodolfo Frometa des Commandos F-4, et aux « chefs militaires » d'Alfa 66, avait proclamé la création d'un comité pour « faire tomber à coups de bombes » la Révolution Cubaine.

 

L'attentat a lieu en pleine campagne électorale, quand les candidats doivent prendre position sur la question de Cuba.

 

Le président d'un influent comité législatif du Sénat nord-américain, Jeff Bingaman, a affirmé que ce sont les USA qui sont « déphasés » dans leur politique extérieure envers Cuba. « Je crois que nous avons permis que notre politique envers Cuba soit dictée par la communauté cubano-américaine dans ce pays, au lieu que ce soient les intérêts nationaux de notre pays qui la dictent », a ajouté Bingaman, président du Comité de l'Energie et des Ressources Naturelles du Sénat.

 

Dans les années 70-80, il y eut des dizaines d'attentats à Miami provoqués par les diverses bandes de terroristes cubano-américaines qui livraient une véritable guerre.

 

Dans les années 60, la CIA créa une énorme « plate-forme » à Miami où se gaspillèrent des dizaines de millions de dollars dans la création de groupes terroristes qui multipliaient les opérations en territoire cubain. De même, l'agence a entraîné des centaines de terroristes qu'elle employa ensuite, non seulement contre Cuba, mais dans divers pays latino-américains.

 

Luis Posada Carrilès, agent de la CIA et coauteur avec Bosch de la destruction en plein vol d'un avion cubain, est le plus connu de ces assassins. Il vit tranquillement à Miami et il n'y a pas de doute sur le fait que les auteurs de l'attentat de vendredi sont liés, d'une façon ou d'une autre, à son cercle d' « amis ».

 

Posada, un chimiste spécialiste des explosifs qui n'a jamais cessé d'annoncer des actes terroristes, s'est vanté en diverses occasions, de ses bonnes relations avec le FBI.

 

(source « Granma » 30 avril 2012

traduction Françoise Lopez)