LES TRANSMISSIONS ILLEGALES DES USA VERS CUBA CONDAMNEES PAR LA CONFERENCE MONDIALE DE RADIO-TELECOMMUNICATIONS

Publié le par cubasifranceprovence

Les transmissions illégales des États-Unis en direction de Cuba ont, de nouveau, été condamnées par un organisme mondial

La Havane, 2 février (ACN) - La Conférence Mondiale de radio-télécommunications a confirmé, jeudi dernier, à Genève, que les États-Unis agissent en violation des normes internationales lorsqu’il envahit le territoire cubain par l’envoi de fréquences radio-électriques illégales.



Une initiative de l’île dénonçant le caractère illégitime des agressions de radio et de télévision menées par Washington contre le pays caribéen vient de recevoir le soutien de la communauté internationale, indique une note de presse de la Délégation Permanente de Cuba dans cette ville suisse.

López Rodríguez, chef de la délégation cubaine à la conférence qui s’est déroulée dans le cadre de l’Union Internationale des Télécommunications (UIT), y a dénoncé  les préjudices causés par l’augmentation des interférences que génèrent ces attaques, indique l’agence Prensa Latina.

López Rodríguez, qui est également le directeur de Règlements et Normes du Ministère cubain de l’Informatique et des Communications, a affirmé que plus de 20 transmissions de radiodiffusion, de différents services sonores et de télévision,  émettent, à partir du territoire du pays nord-américain,  plus de deux mille heures par semaine de programmation anti-cubaine.

Ces transmissions incluent des allocutions contenant des appels à la réalisation d’actes subversifs et terroristes, a souligné le fonctionnaire.

Il a  ajouté que, les 22 et 29 décembre 2011, ces émissions ont été effectuées avec des fréquences additionnelles, bien qu’elle soient inscrites au registre international comme réservées à l’usage des stations cubaines.

D’autres participants à la Conférence ont, de plus, dénoncé que malgré les nombreuses demandes antérieures de la UIT, Washington n’a pas mis fin aux interférences causées aux services de radiodiffusion cubains, indique l’agence espagnole de presse EFE.

La réunion précédente de la Conférence, en 2007, avait établi qu’une station de radiodiffusion fonctionnant à bord d’un avion et transmettant uniquement vers le territoire d’une autre administration sans son consentent ne peut pas être considérée comme conforme avec le règlement de radiocommunications, indique le site www.cubaminrex.cu.

Cette résolution constituait, de fait,  une condamnation des mesures appliquées par le gouvernement de l’ancien président étasunien George W. Bush (2001-2009) car, à cette époque,  un avion militaire C-130 avait été utilisé comme plateforme aérienne pour envoyer vers le territoire da l’île antillaise les émissions de sa télévision lamentablement appelée TV Marti.

En août 2006, le Bureau des transmissions vers Cuba avait annoncé l’emploi d’un avion G-1 avec les mêmes objectifs.

Cette année, et en réponse à une initiative de l’île, la conférence a adopté un accord sur la réalisation d’un suivi sur ce thème et d’informer, lors de la prochaine conférence, en 2015, quelles ont été les affectations occasionnées par les autorités des Etats-Unis aux services cubains de radio et de télévision.

Au cours de son intervention devant la conférence réunie en session plénière, López Rodríguez a déclaré que le pays continuera de défendre tous ses attributs de souveraineté, y compris l’administration de son espace radio- électrique.

La conférence mondiale de radiocommunications est convoquée tous les cinq ans pour faciliter l’accès équitable et l’utilisation rationnelle du spectre de fréquences radioélectriques, ainsi que  le fonctionnement effectif de tous les services de radiocommunications.

Des experts du monde entier participent à la réunion qui a commencé le 23 janvier dernier et qui se poursuivra jusqu’au 17 février prochain.