NOUVELLE JOURNEE D'ACTION A Washington EN FAVEUR DES 5

Publié le par cubasifranceprovence

 

Waldo Mendiluza

 

LA HAVANE. — Des militants de la cause des Cinq préparent les 2e Journées d’actions de solidarité avec les Cinq, à Washington D.C., avec pour objectif de divulguer l’affaire des cinq antiterroristes cubains injustement incarcérés aux États-Unis, et d’exiger leur retour à Cuba.

Lors d’une interview avec Prensa latina, Graciela Ramirez, coordinatrice du Comité international pour la liberté des Cinq, a annoncé qu’au cours de ces « Cinq jours pour les Cinq » qui débuteront le 30 mai, auront lieu des rencontres juridiques, politiques et religieuses.

« Nous avons prévu d’effectuer des visites aux congressistes étasuniens et de réaliser une marche jusqu’à la Maison-Blanche, ainsi que des conférences et d’autres actions en faveur de Gerardo Hernandez, Ramon Labañino, Antonio Guerrero, Fernando Gonzalez et René Gonzalez », a-t-elle précisé.

Selon Graciela Ramirez, des intellectuels, des artistes, des parlementaires, des juristes et des religieux de plusieurs pays ont confirmé leur participation à ces Journées, qui donnent suite à celles réalisées en avril 2012.

« L’an dernier, nous avons eu l’occasion de rencontrer une quarantaine de congressistes nord-américains, auxquels nous avons donné des informations sur l’affaire des Cinq, et sur le soutien à leur cause de nombreux parlementaires dans le monde. Une action que nous prévoyons de renouveler cette année », a-t-elle poursuivi.

« Ces 2e Journées Cinq jours pour les Cinq à Washington D.C. nous permettront d’informer l’opinion publique de ce pays sur les irrégularités commises par le gouvernement des États-Unis dans cette affaire, ainsi que de dénoncer son obstination à dissimuler les preuves de sa mauvaise conduite », a-t-elle ajouté.

Ce gouvernement a utilisé des millions de dollars des contribuables pour payer des journalistes à Miami – siège du procès contre les Cinq – afin qu’à travers leurs articles, ils créent un climat hostile destiné à prédisposer le jury et la population contre les Cinq. Graciela Ramirez a précisé que la défense a présenté des preuves de ces agissements.

Par ailleurs, elle a ajouté que le gouvernement étasunien avait refusé de dévoiler les images satellitaires prises le 24 février 1996, qui démontreraient que la destruction des avionnettes de l’organisation terroriste Brothers to the rescue (Frères à la Rescousse) a eu lieu dans l’espace aérien cubain.

Cette action de défense du territoire national par les autorités cubaines est devenue le centre du procès contre les Cinq, ainsi que des campagnes médiatiques de victimisation des groupes terroristes qui attaquent Cuba depuis Miami.

« Pour toutes ces raisons, du 30 mai au 5 juin, ces 2e Journées de solidarité et de dénonciation seront l’occasion pour le mouvement de solidarité internationale de rappeler que cinq Cubains innocents sont emprisonnés aux États-Unis, et que c’est au gouvernement ce pays qu’il incombe la responsabilité éthique, politique et juridique de faire le nécessaire pour rendre ces cinq hommes à leur pays », a conclu Graciela Ramirez. •