L'AMERIQUE LATINE EN MARCHE

POUR ACCEDER AUX DOCUMENTS SUR LA CELAC, cliquez ici : link

27 ans de lutte pour la réforme agraire du Mouvement des sans Terres du Brésil

Des paysans brésiliens occupent un latifundio de l´état de Sao Paulo pour exiger des terres.

dimanche 8 janvier 2012

300 citoyen(ne)s brésilien(ne)s occupent depuis la fin de semaine un des nombreux latifundios de l´état de Sao Paulo (sud-est du pays) pour protester contre l´inégalité persistante dans la répartition des terres et pour exiger des autorités leur distribution.

Les militants font partie du célèbre Mouvement des Sans Terre du Brésil (MST), qui lutte depuis 27 ans pour la réalisation d´une réforme agraire - promise mais jamais réalisée par Ignacio Lula puis par Dilma Roussef. "300 personnes sont entrés de manière pacifique, la police surveille le site, et aucun problème ne s´est présenté " a déclaré un porte-parole de la Police Militaire brésilienne.

L´organisation a indiqué dans un communiqué que son objectif est de ’’dénoncer l´existence de latifundios improductifs et de rappeler au gouvernement brésilien qu´il doit respecter la constitution, laquelle prévoit l´expropriation des « terres qui ne remplissent pas leur fonction sociale". Le MST a dénoncé d´autre part le fait que "huit mille familles campent sous des bâches de plastique noir depuis neuf ans dans l´attente d´un lopin de terre".

Il ajoute que cette manifestation a débuté dans la municipalité de Bento de Abreu, dans l´état de Sao Paulo et qu´elle s´étendra à d´autres localités jusqu´à « occuper pacifiquement trente latifundios ». Ces actions font partie, comme l´expliquent les organisateurs du MST, de la campagne “Janvier Chaud”’.

Le Brésil est le pays latino-américian qui présente la plus grande démographie et la plus grande surface terrienne mais seul 1 pour cent de la population détient 45 pour cent des terres cultivables, selon le recensement agraire. Les mouvements paysans brésiliens expliquent qu´on compte dans leur pays quatre millions de familles sans terres, dont 200 mille vivent dans des campements dépourvus de toute infrastructure.

Source : teleSUR - Afp /jl - FC

Traduction française : Thierry Deronne, pour www.larevolucionvive.org.ve

 

Le mouvement étudiant s’étend à toute la Colombie

Par Tania Hernández

Bogotá, 11 novembre (RHC) – Le mouvement étudiant et les manifestations se sont étendus à toute la Colombie, où plus de deux millions de personnes ont défilé dans les principales villes du pays pour protester contre la privatisation de l’éducation.

A Bogotá, les jeunes ont parcouru pacifiquement les principales artères de la ville pour se rassembler sur la Place de Bolivar, où ils sont restés jusqu’en fin de soirée malgré la pluie battante.

Etudiants, professeurs, travailleurs et leurs familles de la capitale ont été rejoints par des délégations de plusieurs régions du pays arrivées en caravanes de voitures, en bus et à pied.

Le président colombien, Juan Manuel Santos, a proposé une nouvelle fois de retirer la réforme controversée de l’éducation à condition que les étudiants mettent fin à leur grève nationale. Son gouvernement a menacé de ratifier la réforme si la grève ne cessait pas avant la fin du semestre.

 Le leader étudiant Jairo Rivera, a précisé que les jeunes colombiens fixeront samedi une date pour trancher la décision à adopter face à la proposition de dernière minute du président.

 

Hugo Chavez annonce la préparation d’un nouveau code du travail

Par Tania Hernández

Caracas, 11 novembre (RHC) – Le président du Venezuela, Hugo Chavez, a annoncé que son gouvernement préparera un nouveau code du travail, appelé Loi Organique du Travail au Venezuela, pour s’acquitter de sa dette envers les ouvriers du pays et le peuple en général.

Cette annonce est intervenue lors d’un meeting au Stade Omnisports de Vargas, où plus de 4000 personnes s’étaient données rendez-vous pour le lancement de la nouvelle Centrale Socialiste des Travailleurs de la Ville, de la Campagne et de la Mer.

Dans son discours, le leader bolivarien a déclaré : « Gouverner en obéissant, ici c’est le peuple qui commande. Nous allons travailler d’arrache-pied pour avoir rapidement une véritable loi socialiste pour les travailleurs et le peuple vénézuélien »

Il a rappelé que le code du travail en vigueur au Venezuela date de 1997 et qu’il avait été adopté sous la pression du FMI par le gouvernement de Rafael Caldera.

Hugo Chavez a dit souhaiter que la nouvelle législation soit prête avant le premier mai. « Il n’y a pas de meilleure occasion pour la promulguer », a indiqué le leader vénézuélien, qui a par ailleurs signalé que ce nouvel instrument fait partie du processus de transition du capitalisme au socialisme.

 

ortega-reelecto-6-novembre-2011.jpg

Le Conseil Suprême Électoral confirme la victoire retentissante de Daniel Ortega et du FSLN

Par Reynaldo Henquen

Managua, 8 novembre, (RHC) – Le Conseil Suprême Électoral (CSE) du Nicaragua a rendu officielle, avec 85,80% des bulletins dépouillés, la victoire électorale du Front Sandiniste de Libération National (FSLN). Cette organisation a également eu la majorité des sièges au Parlement National et au Parlement Centraméricain. 

Le Président du CSE, Roberto Rivas, a précisé que, dans le cas de la présidence, le FSLN, auquel appartient l’actuel président Daniel Ortega a eu 62,75% des voix. La deuxième place est revenue à Fabio Gadea, du Parti Libéral Indépendant (PLI) qui a eu 30,96% des voix, suivi du candidat du Parti Libéral Constitutionnaliste qui n’a recueilli que 6, 02%.

Aux élections des députés à l’Assemblée Nationale, le FSLN a eu 62,69% contre 29,21% du PLI. En ce qui concerne la représentation au Parlement Centraméricain, il a obtenu 62,63% et le PLI n’en a eu que 30,29%.

L’Ambassadeur du Nicaragua à Cuba, Luis Cabrera a fait des déclarations à Radio Havane Cuba :

“C’est une victoire du peuple nicaraguayen –nous en discutions hier soir avec la camarade Rosario Murillo- et nous ajoutions que c’est aussi une victoire de l’ALBA, l’Alliance Bolivarienne pour les Peuples de notre Amérique. Elle nous disait aussi que c’est une victoire des révolutions de l’Amérique Latine. C’est la victoire de Daniel Ortega et de tout un peuple et du FSLN que l’empire a voulu détruire dans les années 90. C’est la persévérance d’un dirigeant révolutionnaire, du Commandant Daniel Ortega qui a eu confiance, dans les moments les plus difficiles et qui a dit qu’il fallait continuer à lutter car le peuple et les pauvres du Nicaragua  avaient le droit d’avoir un avenir meilleur.  Et cette victoire avec plus de 63% en faveur du Commandant Daniel l’a démontré ».

Luis Cabrera a ajouté :

“Cette victoire est l’aboutissement d’une lutte qui a commencé vers la fin de 1958 et au début de 1959. Des étudiants cubains ont combattu de façon généreuse aux côtés des Nicaraguayens. Il y en a qui sont morts dans les luttes auxquelles a été blessé le Commandant Carlos Fonseca au Chaparral. Il y a eu Goyito, le premier étudiant.. Il y a eu le camarade Ricardo Alarcón qui a appuyé dès le début, en 1959, le Comité Civique Cubain pour la Libération du Nicaragua. Comment oublier tous les camarades  morts au combat et qui sont aujourd’hui plus présents que jamais ? Comment ne pas remercier le Commandant Fidel Castro Ruz, le Président Raúl Castro, tous les autres dirigeants historiques, le peuple cubain courageux qui nous ont toujours appuyés avec tous les moyens à leur portée et qui ont partagé avec le peuple nicaraguayen ce qu’ils avaient et qui continuent à le faire. Nous avons une pensée aussi aujourd’hui pour quelqu’un qui est toujours présent, qui a aidé le processus révolutionnaire depuis 1959 : le Commandant Ernesto Ché Guevara ».

 

Hugo Chavez confirme que 32 pays participeront à la création de la CELAC

Par Reynaldo Henquen

Caracas, 11 octobre (RHC) – Hugo Chavez a annoncé ce lundi sur la télévision publique vénézuélienne que 32 pays participeront au sommet fondateur de la Communauté des Etats Latino-américains et de la Caraïbe (CELAC).

La réunion, qui se tiendra à Caracas les 2 et 3 décembre prochains, était prévue à l’origine le 5 juillet dernier, date du Bicentenaire de l’Indépendance du Venezuela, mais a été reportée en raison des problèmes de santé d’Hugo Chavez.

« Nous devons maintenir la stabilité et contribuer à créer en Amérique Latine une zone de paix, une zone véritablement démocratique qui commence à insuffler au monde des solutions économiques laissant de côté le néolibéralisme, le capitalisme, et comme le disait Alí Primera, essayer de faire que l’humanité soit plus humaine » a déclaré Hugo Chavez.

Le président vénézuélien a ajouté qu’à son retour de Cuba, où il doit se rendre en fin de semaine prochaine pour des examens médicaux, il fixera la date de la réunion de l’ALBA et des rencontres avec le président Juan Manuel Santos, et les présidentes Dilma Rousseff et Cristina Fernandez.